C’est cette nuit qu’Elon Musk a annoncé la nouvelle génération de voitures électriques Tesla. Sur la forme, les Tesla S,3 et X ne changent absolument pas. C’est plutôt derrière la carrosserie et sous le capot que les plus grandes améliorations ont été faites, puisque ces nouveaux modèles disposent désormais toutes d’un hardware qui leur permet techniquement d’être 100 % autonomes.

Tesla Introduces Self-Driving Features With Software Upgrade

Tesla vient donc de mettre à jour l’ensemble de ses voitures. À partir d’aujourd’hui, les Tesla S, 3 et X vont embarquer suffisamment de capteurs de telle façon qu’elles pourront à terme devenir des véhicules totalement autonomes, le fameux niveau 5 (ou 4, selon les classifications) d’autonomie.

Plus de capteurs…

Pour y parvenir, Tesla a désormais intégré huit caméras autour du véhicule (les précédents modèles n’en disposaient que d’une seule), dont trois à l’avant, qui lui permettent d’avoir un champ de vision de 360 degrés. À cela s’ajoute un ensemble de 12 capteurs ultrasoniques qui permet à la voiture de « voir » à travers des obstacles solides (les autres véhicules par exemple). Ces capteurs ultrasoniques possèdent désormais une portée deux fois plus importante que sur les anciens modèles. Enfin, à l’avant de la voiture, se trouve un radar capable de détecter les obstacles à travers la pluie ou le brouillard. Autant de capteurs capables d’être plus précis que des yeux humains.

ap_2_header

… Et une nouvelle puce

Si l’on s’en tient uniquement au domaine du hardware, des composants et des capteurs embarqués, les nouvelles Tesla sont capables de se débrouiller toutes seules sur la route. Mais l’aspect logiciel ne suit pas encore. Tesla explique ainsi que ces nouveaux véhicules sont équipés d’une nouvelle puce centrale issue d’un nouveau fournisseur : Nvidia. Et cela a plusieurs conséquences à court terme.


Depuis quelques mois, Nvidia travaille sur BB8, une IA qui « apprend » à conduire.

Le plus embêtant, et de loin, c’est que ces nouvelles Tesla vont proposer dans un premier temps moins de fonctionnalités de sécurité que les modèles actuels. Les assistances à la conduite comme le freinage d’urgence, les alertes de collision, le maintien dans la ligne ou le régulateur de vitesse seront désactivées lors des premiers mois de commercialisation de ces modèles. Ils seront ensuite « rapidement » réactivés par l’intermédiaire de mise à jour OTA (Over the Air), après que Tesla les aura éprouvés sur des milliers de kilomètres sur des voitures de test.

La technologie sera prête d’ici la fin de l’année prochaine

Mais cette nouvelle puce, qu’Elon Musk promet 40 fois plus puissante que la précédente, permettra également à terme de rendre les nouveaux modèles de Tesla entièrement autonomes. Là encore, ce pilotage autonome sera activé par l’intermédiaire d’une future mise à jour OTA de la voiture. Une mise à jour qui devrait être prête selon lui dès la fin de l’année prochaine et qui sera montrée lors d’une démonstration lors de laquelle une Tesla fera le chemin de Los Angeles à New York grâce à un pilotage automatisé.

La Model X bénéficiera aussi de l'Autopilot 2.0.

La Model X bénéficiera aussi de l’Autopilot 2.0.

Selon les promesses de Musk, la technologie sera donc entièrement prête et fonctionnelle dès la fin de l’année prochaine. Pour que le grand public en profite, il faudra ensuite que les législations de chaque État s’adaptent à l’arrivée des voitures autonomes et les autorisent à rouler. Une modification de la législation qui prendra encore beaucoup de temps.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction