Le fabricant sud-coréen continue de tout mettre en oeuvre pour limiter l’utilisation des Galaxy Note 7 et favoriser leur renvoi par les utilisateurs.

samsung-galaxy-note7-live-06-1-640x480

Du passé faisons table rase ! C’est en tout cas ce que tente de faire Samsung suite au fiasco du Galaxy Note 7. Si l’entreprise assure que 90% des appareils vendus à l’international ont été renvoyés par leur propriétaire, il existe encore une tranche d’utilisateurs qui ont du mal à se séparer du terminal défectueux.

Une baisse drastique

Après avoir bridé les capacités du téléphone à travers le monde, en réduisant la taille de la batterie à 60% de sa charge initiale et en l’empêchant même de se connecter à ces réseaux téléphoniques dans certaines zones du globe, a l’instar du Canada, le fabricant a décidé de passer à l’étape supérieure. Samsung a ainsi annoncé l’arrivée, en France le 15 décembre prochain, d’une mise à jour logicielle réduisant une nouvelle fois la capacité de la batterie, cette fois à 30% de sa capacité originale. On suppose que les utilisateurs auront le choix d’installer ou non cette mise à jour. Cette mise à jour sera également déployée au Royaume-Uni, à la même date. Aucune précision n’a été donnée quant au reste de l’Europe, même si, à n’en pas douter, Samsung devrait étendre les restrictions à l’intégralité du vieux continent.

Samsung sort l’artillerie lourde en Amérique du Nord

Cependant, on est encore loin de la mise à jour prévue pour le 15 décembre prochain uniquement aux États-Unis. Cette dernière va purement et simplement empêcher les Galaxy Note 7 de se recharger. Cette «update tueuse» a pour but de rendre inutilisables les 133 000 appareils encore en circulation. Le Sud-coréen n’oublie pas pour autant les utilisateurs qui dépendent de leur téléphone. Ainsi, la division australienne de la marque a annoncé qu’elle offrirait 250 dollars australiens, en plus du prix de rachat, pour tout possesseur qui échangerait son Galaxy Note 7 pour un Galaxy S7 ou S7 Edge. Reste à voir si cette initiative sera étendue au reste de la planète.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction