Si toutes les routes mènent à Rome, l’Iran a fait en sorte que plus aucune ne mène à certains sites porno, et ce, même pour la population des pays alentours.

no-porn-iran

Le 5 janvier dernier, plusieurs internautes indiens, indonésiens, russes et hongkongais étaient bien embêtés. Alors qu’ils voulaient accéder à l’un de leurs 256 sites pornos favoris afin de s’adonner à un peu « d’auto-satisfaction physique », ils se sont retrouvés sur une page blanche, alors que les serveurs fonctionnaient normalement. Pour dénicher le coupable à l’origine de leur frustration auto-érotique, il faut regarder du côté de l’Iran. Et plus précisément vers TCI (Telecomunication Company of Iran), le principal FAI du pays.

From Iran with (no) love

Appliquant les mesures gouvernementales de censure, TCI a annoncé de « fausses routes », plus courtes, vers l’adresse IP de 256 sites porno, dont le bien nommé superbigcock.com. Un rêve pour tous les FAI qui recherchent constamment le moyen le plus rapide pour accéder à une adresse IP. Sauf que dans ce cas précis, ces routes ne mènent qu’à une page blanche. Cela n’a pas empêché une partie des fournisseurs d’accès Internet de la région d’opter pour ces chemins, pénalisant ainsi les internautes jusqu’à Hong-Kong, en passant par l’Inde, l’Indonésie et même la Russie.

censure-iran

En réseau, cette technique pour empêcher d’accéder à une adresse IP est appelée BGP hijacking. Cette dernière exploite une faille vieille comme le Web. Ainsi, chaque réseau peut annoncer un itinéraire vers une adresse IP. Multiplier le nombre de routes permet de renforcer l’architecture Web, mais rend plus facile les détournements. Car si un réseau décide d’annoncer une « fausse route », comme c’est le cas pour l’Iran, il existe peu de moyens pour l’en empêcher. Pour faire simple, imaginez votre maison. Pour vous empêcher d’y rentrer, on ne supprime pas la porte, mais les routes qui y mènent et on les remplace par des chemins qui ne conduisent à rien. Votre maison existe toujours, elle reste ouverte, mais vous ne pouvez plus y accéder.

Plus de 28 heures après la découverte du problème, ce dernier a commencé à se résoudre de lui-même. La plupart des réseaux impactés ont simplement supprimé ces « fausses routes », leur préférant les anciennes. Désormais, seuls les Iraniens ne peuvent plus se rendre sur superbigcock.com et les 255 autres sites pour profiter de leur contenu… « particulier ».

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction