Facebook suspend provisoirement Russia Today de son réseau social

Sur le web

Par Elodie le

Pendant 24 heures, le média RT (Russia Today) n’a pu partager ses contenus sur le réseau social à cause d’une prétendue violation de droits d’auteur. Algorithme trop zélé ou manœuvre de la plateforme ? Facebook a depuis levé l’interdiction.

House of cards
House of cards

C’est une déconvenue qui va alimenter la machine à complots. Pendant près de 24 heures, RT n’a pu partager d’articles, de vidéos, d’images ou de Facebook Live sur sa propre page à la veille de l’investiture de Donald Trump, seulement des statuts avec du texte. La raison serait toute trouvée : lors de la dernière conférence de presse de Barack Obama, RT aurait diffusé le livestream d’une télévision russe, Current Time Tv, en totale infraction avec le droit d’auteur. La chaîne aurait donc signalé l’infraction à Facebook, ce qu’elle nie.

Infraction au copyright

Russia Today indique avoir diffusé le flux de l’agence AP (Associated Press). Mais en toute légalité puisque RT est abonné à AP et a donc parfaitement le droit de diffuser son contenu.

Le coupable désigné serait à chercher du côté des algorithmes de Facebook qui n’intègrent pas nécessairement ce type de subtilités (notamment lorsqu’il s’agit de faire la distinction entre de la nudité et de l’art), comme le précise la chaîne dans un statut :

« Nous avons été bloqués alors que nous étions en train de diffuser en direct la dernière conférence de presse d’Obama. Des choses de ce genre arrivent lorsque (par exemple) d’autres médias présentent les mêmes images et le même flux, et Facebook considère ça comme une infraction du copyright ».

Interdiction de 24h

capture d'écran - RT sur Facebook
capture d’écran – RT sur Facebook

RT précise ensuite que la restriction est temporaire et expire samedi soir à 22h25. L’interdiction a finalement été levée jeudi en fin de journée. « Nous ne voyons pas pourquoi RT n’a pas pu retransmettre notre signal sur leur page Facebook », a expliqué l’agence AP.

La main de Washington ?

Si la chaîne reste magnanime dans ses publications Facebook, elle a laissé planer le doute concernant une possible intervention de Washington dans ce blocage. La théorie viendra certainement satisfaire les complotistes, mais l’intérêt d’une telle interdiction, même la veille de l’investiture de Donald Trump, n’est pas évident. L’élection est passée, Donald Trump a été élu, les enjeux sont assez restreints. D’autant que la chaîne n’est pas très suivie aux États-Unis, contrairement en Europe.

Russia Today est financée par le Kremlin et est accusée de servir d’outil de propagande du gouvernement russe. Les autorités américaines ont accusé Moscou d’avoir cherché à influencer le résultat des élections américaines en faveur de Donald Trump.

Les services secrets russes auraient piraté la messagerie du parti démocrate et publié son contenu par le biais de Wikileaks, tout en diffusant de fausses informations sur les réseaux sociaux, notamment par l’entremise de RT. Dans son rapport, la communauté du renseignement US cite le média comme une source majeure de fausses informations en provenance du Kremlin.

Source: Source