[Netflix] Dépêchez-vous, car ces films vont disparaître dès le mois d’avril

Cinéma

Par Henri le

Le mois d’avril commence tout juste, et Netflix s’apprête donc à ajouter du nouveau contenu sur sa plateforme. Mais certains films seront également retirés. C’est donc le bon moment pour y jeter un coup d’œil avant. On vous a donc sélectionné quelques films qui valent le détour si vous souhaitez les (re)voir.

Pour éviter d’évoquer du contenu qui n’existe déjà plus, sachez tout de même que les films et séries suivantes disparaîtront dès le 1er avril :

Manhattan de Woody Allen
Certains l’aiment chaud de Billy Wilder
Stargate de Roland Emmerich
– L’intégrale de la série Weeds

Crazy Stupid Love

(le 24 avril 2017)

Même si elle n’est pas encore considérée comme culte, Crazy Stupid Love fait partie des comédies romantiques les plus importantes des années 2010. Ficarra et Requa, les réalisateurs du long-métrage, avaient déjà eu la bonne idée de réunir Ryan Gosling et Emma Stone, nettement moins connus qu’aujourd’hui. L’occasion de constater que les deux acteurs cultivaient déjà une alchimie particulière avant le triomphe du récent La La Land.

Sherlock Holmes : Jeux d’ombres

(le 24 avril 2017)

Alors qu’on ne l’attendait pas vraiment à l’époque, Sherlock Holmes a su s’imposer comme une franchise de qualité. Un succès de la critique et des spectateurs qui s’explique notamment par la présence de Guy Ritchie derrière la caméra. Loin de se laisser aller, le Britannique conserve son style plein d’énergie et de malice. Il faut avouer qu’il est très bien servi par un Robert Downey Jr au meilleur de sa forme, qui a l’air de prendre beaucoup de plaisir à incarner le détective le plus célèbre d’Angleterre.

Mars Attacks !

(le 27 avril 2017)

Après les succès de Batman, Beetlejuice et et d’Edward aux mains d’argent, Tim Burton réitère avec Mars Attack, qui fut un des succès critique de l’année 1996. Avec un casting composé de Jack Nicholson, Glenn Close et Pierce Brosnan, cette pochade pour le moins satyrique s’attaque au fonctionnement de la société (et de la politique) américaine avec beaucoup d’humour. Alors que les spectateurs s’extasient sur Independance Day, Tim Burton déjoue les codes de l’invasion extra-terrestre pour nous rappeler que les martiens, parfois, c’est nous.

South Park, le film

(le 27 avril 2017)

Avec 399 injures, 128 gestes obscènes et 221 actes de violence, le film South Park fait honneur à son héritage sulfureux. Toujours réalisé par Trey Parker et Matt Stone, le film fait office de très gros épisode de 1 h 20 où notre bande de joyeux lurons va tout faire pour empêcher que Satan (et accessoirement Saddam Hussein) ne domine le monde, et éviter que leurs humoristes pétomanes préférés ne soient exécutés… À cause de leur vulgarité.

The Island

(le 27 avril 2017)

Habitué aux blockbusters rutilants, Michael Bay fait un peu plus dans la finesse avec ce thriller d’anticipation honnête. Le duo Ewan McGregor / Scarlett Johansson fonctionne bien et donne une certaine profondeur à un récit qui fait tout de même beaucoup penser aux très bon Bienvenue à Gattaca. On vous rassure, l’action est quand même au rendez-vous, notamment dans la deuxième partie du film. Elles auraient même tendance à écraser un peu une première heure assez ingénieuse, qui évite de tomber dans un manichéisme trop prononcé.