Pour contrer les tricheurs au lycée, l’Éthiopie coupe Internet dans tout le pays

Sur le web

Par Perrine.s le

Après l’Irak l’année dernière, c’est autour de l’Éthiopie de couper Internet le temps de la période d’examens de ses lycéens. Nouveau phénomène de mode ?

amazon-panne-internet

Suite à la mise en ligne en 2016 des sujets d’examen par des lycéens, le gouvernement éthiopien a décidé d’employer cette année les (trop) grands moyens. Pour éviter que le scénario ne se reproduise, il a choisi de couper Internet pendant la période des examens, qui se déroulent du 31 mai et au 8 juin.

La sanction brutale affecte pourtant toutes les personnes présentes sur le sol éthiopien, qui compte environ 102 millions d’habitants. La sévérité de cette décision risque de peser lourdement sur l’économie du pays. Les critiques à l’encontre du régime dénoncent le fait que le gouvernement éthiopien justifie trop régulièrement, par des raisons de sécurité nationale, ses entraves aux libertés fondamentales.

Une justification pas convaincante

Pour légitimer son acte disproportionné, le gouvernement dit vouloir éviter toute fuite des sujets en ligne et être « proactif » en souhaitant que ses étudiants restent concentrés et pas distraits par ce qu’ils pourraient trouver sur Internet. Oubliant que plus de 100 millions de personnes ne sont pas concernées par ces examens.

offensive_sites_internet_adblockers

Des manifestations politiques en 2015 et 2016 avaient déjà incité le gouvernement à bloquer Internet dans tout le pays. Paralysant notamment les ambassades sur le territoire éthiopien, comme celle des États-Unis à Addis-Abeba ayant alors rencontré d’importants problèmes de communication. En réponse à cet épisode, le gouvernement éthiopien avait procédé à l’arrestation de bloggeurs qui lui étaient opposés. Amnesty International avait d’ailleurs vivement condamné cette sentence, en dénonçant la volonté du gouvernement de nuire à la liberté d’expression et aux libres échanges d’informations.

Espérons que cette nouvelle coupure d’Internet reste une exception non renouvelable pour l’Éthiopie.

Source: Source