[La fin d’une époque] Le site de téléchargement le plus visité de France, T411, ferme ses portes

Sur le web

Par Jules le

Avec l’arrestation de plusieurs de ses administrateurs par les autorités suédoises et françaises, le site de téléchargement T411 a été contraint de fermer ses portes.

Il pouvait se targuer d’être le site de téléchargement le plus visité de France, de faire partie des 50 sites les plus consultés de l’Hexagone et d’être adoré de la communauté francophone. Et pourtant, depuis dimanche soir, le site T411 est inaccessible suite à une opération de police menée conjointement par les autorités françaises et suédoises.

Six arrestations en France et en Suède

Visé par des plaintes de la Sacem et l’association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), T411 est sous le coup d’une enquête depuis plusieurs mois, conduite par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes, en collaboration avec la section de recherche de Rennes, de Lyon, de Montpellier, d’Angers, de Strasbourg et du groupement des Côtes-d’Armor. Les autorités françaises ont également sollicité l’aide de la police suédoise dans le cadre de leur opération.

Crédit :

Le parquet de Rennes a annoncé que depuis lundi, six personnes avaient été arrêtées en France et en Suède. Quatre des six suspects seraient, selon David El-Sayegh, secrétaire général de la Sacem interrogé par Le Monde, « des supermodérateurs ». Ils ont pour mission de « regarder le contenu mis à disposition sur le site », de traquer les faux contenus et gérer le forum. Les deux dernières personnes interpellées, soupçonnées d’être des administrateurs du site, ont été arrêtées dans la banlieue sud de Stockholm. Le quotidien suédois Dagens Nyheter rapporte que ces derniers seraient des ressortissants ukrainiens bénéficiant d’un permis de séjour en Suède.

Un torrent de préjudices

La Säkerhetspolisen a mené une perquisition dans une société informatique pour récupérer le serveur sur lequel T411 était administré. Les suspects sont notamment poursuivis pour blanchiment d’argent et violation de la loi sur le droit d’auteur.

Pour David El-Sayegh, le préjudice subi par les artistes représentés par la Sacem s’élève à trois millions d’euros. Il estime que les revenus publicitaires engrangés par les administrateurs avoisinent les six millions d’euros. Aucune estimation n’a été, pour le moment, avancée par l’ALPA.