Des scientifiques imaginent les conséquences liées à l’immense iceberg qui s’est détaché de l’Antarctique

Science

Par Perrine.s le

Réchauffement climatique, montée des eaux, formation d’une nouvelle étendue de glace. Des scientifiques ont répertorié les scénarios qui pourraient survenir après le détachement de l’énorme iceberg de l’Antarctique il y a quelques semaines.

Crédits: Debra

Mi-juillet on apprenait qu’une partie de l’Antarctique se détachait progressivement suite à une faille sur le continent blanc. On pensait que cet événement était épisodique, sauf que des scientifiques viennent de démontrer le contraire tout en continuant d’observer la zone raccourcie qui amène de nouvelles interrogations.

Les chercheurs Anna Hogg de l’Université de Leeds et Hilmar Gudmundsson du British Antarctic Survey ont décidé de surveiller le mastodonte et les suites de son échappée. Notamment les conséquences de sa rupture sur le reste de la barrière de Larsen. Ils viennent de raconter dans la revue scientifique Nature Climate Change les prochains épisodes pouvant résulter de cet événement.

Un phénomène normal

Il n’est pas rare que des barrières de glace rompent et forment des icebergs. Ce phénomène est d’ailleurs désigné sous le terme de vêlage et fait partie du cycle normal de la vie de ces étendues glacières. « Un iceberg qui se détache d’une plateforme glaciaire ne signifie pas qu’elle va s’effondrer. Mais quels sont les effets du vêlage sur l’étendue quittée ? Ça, c’est une chose importante à observer », précise Helen Fricker, géophysicienne à l’Institut d’océanographie de Scripps.

Crédits Photo: A. Fleming, British Antarctic Survey.

Il faut savoir que les icebergs ne sont pas forcément synonymes de montée des eaux, puisqu’ils flottent déjà sur la surface de l’océan. Mais il peut arriver qu’au moment où ils se détachent, des morceaux de glace s’écroulent de la plateforme et augmentent alors leur niveau. « C’est ce qui fera la différence entre un événement naturel qui se produit tout le temps, et quelque chose qui aura de vraies répercussions sur la vie des gens vivant ailleurs sur le globe » a déclaré Hogg à The Verge. Reste à savoir si l’iceberg nouvellement formé était ou non le point d’ancrage de Larsen-C. Si c’est le cas, des morceaux de glace continueront à se détacher, dans le cas contraire, les scientifiques devront surveiller la zone pour voir si les fissures ne fragilisent pas davantage l’étendue au point de la fissurer encore.

Source: Source