Marvel : certaines scènes cultes ont été totalement improvisées

bande dessinée

Par Jason Mathurin le

Fun Fact : certaines scènes mythiques tirées des blockbusters de Marvel sortent parfois du script original.

Crédits: @Columbia Pictures

Parfois, les meilleures scènes d’un film ne sont pas les plus préparées. L’univers Marvel l’a bien prouvé. Screen Rant dévoile dans une excellente vidéo 25 fois où les films de Marvel ont épaté les spectateurs, avec des scènes en total impro. Il peut s’agir de lignes de dialogue, de situations complètement loufoques qui n’étaient pas prévues ou bien de blagues ou monologues montés de toute pièce par les acteurs. L’une des plus emblématiques : la scène de la cuve à homards dans Venom. Si cette scène est souvent considérée comme la plus hilarante du film, elle n’était pas prévue au script. Lorsqu’il est arrivé sur le plateau où il devait tourner la scène du restaurant, Tom Hardy (Venom) a demandé à plonger dans cette bassine pour y déguster son homard, ce que le réalisateur a fini par lui permettre de faire.

La scène du bain à homards n’est pas la seule du genre. Downey, l’acteur jouant Iron Man dans les films Avengers est aussi un as de l’impro. La punchline de Stark affalé par terre,  demandant à Captain America s’il veut manger un Chawarma, a tellement plu aux showrunners, que dans la scène post-crédits, on peut voir les Avengers déguster… un Chawarma. Autres improvisations : Peter Quill, dans les Gardiens de la Galaxie, levant son majeur, le « Hey tantine » lâché par N’Jadaka (Michael B. Jordan) dans Black Panther et les nombreuses catchphrases ratées de Peter Parker, interprété par Tobey Maguire, alors qu’il tente en vain de jeter ses toiles au-dessus d’une grue, dans le film de 2002. Pour les découvrir toutes, ne manquez pas de jeter un oeil à la vidéo de ScreenRant. Elle prouve que les blagues, quiproquos et joutes verbales improvisées font partie intégrante de la patte Marvel, au même titre que les scènes d’action, twists et rebondissements qui façonnent ses blockbusters. Et ce n’est pas pour nous déplaire.