Vapotage : l’Inde interdit la vente d’e-cigarettes

Gadget

Par Jason Mathurin le

L’Inde a banni la vente de cigarettes électroniques mercredi 18 septembre, évoquant une “épidémie” importante chez les jeunes. 

Crédits: Unsplash

Le gouvernement indien a tranché et interdit la vente des cigarettes électroniques, évoquant une “épidémie” touchant les plus jeunes consommateurs. “Ces nouveaux produits sont arrivés avec des designs attrayants, de multiples parfums et leur utilisation a augmenté significativement et pris des proportions épidémiques dans les pays développés, plus particulièrement chez les jeunes et les enfants”, a indiqué le ministre de la santé à Reuters. Une nouvelle qui n’est pas au goût de Juul, qui prévoyait de déployer ses cigarettes électroniques de la forme d’une clef USB sur le marché indien. Cette mesure intervient peu de temps après des prises de positions de l’OMS (qui s’alarme des risques des cigarettes électroniques) et le recensement, aux Etats-Unis, de sept morts liés à une maladie pulmonaire inconnue. Les états de New-York et du Michigan ont récemment banni les cigarettes électroniques aromatisées. C’est aussi le cas de Singapour. Et si au Japon, certains produits sont autorisés, ce n’est pas le cas des recharges contenant de la nicotine.

Suite à la décision de l’Inde, les partisans des e-cigarette ont dénoncé une mesure qui prive les fumeurs de substituts moins dangereux. Un argument de poids, l’Inde étant le second pays après la Chine où l’on fume le plus, avec plus de 100 millions de fumeurs adultes. Si les recherches sur les e-cigarettes tendent pour le moment à indiquer que celles-ci sont moins nocives que des cigarettes classiques, elles n’ont cependant pas encore le recul nécessaire pour évaluer précisément les risques de ces produits. De plus, les états craignent que ces produits incitent des non-fumeurs à franchir le pas et à se tourner à terme vers des cigarettes classiques.