La reconnaissance faciale va décoller à Orly

Ville de Geeks

Par Olivier le

Passer les différents points de passage d’un aéroport ressemble au parcours du combattant, entre le dépôt des bagages, la douane, l’embarquement… La reconnaissance faciale peut-elle fluidifier ce long chemin ?

Aéroports de Paris (ADP), Air France et une autre compagnie aérienne dont le nom n’a pas été précisé vont tester la reconnaissance faciale au début de l’année prochaine, selon L’Express. Ce sont les systèmes de dépose bagages et d’embarquement dans les avions qui sont concernés : les passagers n’auront plus à présenter leur carte d’embarquement, leur visage suffira à les identifier auprès des agents.

Une expérimentation encadrée par la Cnil

L’expérimentation va se limiter à trois vols réguliers, « vraisemblablement dans l’espace européen », et uniquement à l’aéroport de Paris Orly. La Cnil a exigé que le test ne dure pas plus de 12 mois avant qu’une évaluation soit rendue, les données biométriques seront supprimées dès que l’avion décolle, et la machine chargée de la reconnaissance faciale ne devra pas « accrocher » les visages des autres passagers en arrière-plan.

Ce test est donc bien encadré, ce qui est la moindre des choses avec une telle technologie. ADP aimerait que ce système soit largement déployé à l’horizon 2025, mais il faudra auparavant qu’il remplisse les exigences de sécurité et de confidentialité.

Les voyageurs commencent à être habitués aux systèmes de reconnaissance biométrique, avec les bornes Parafe qui servent à contrôler les passeports. Mais ces dernières sont souvent en panne ou peu pratiques, résultat on y passe parfois beaucoup plus de temps que devant les douaniers en chair et en os.