Paypal rompt son partenariat avec Libra, la crypto-monnaie de Facebook

Business

Par Remi Lou le

Annoncé en grand pompe en juin dernier par la firme fondée par Mark Zuckerberg, la Libra – la crypto-monnaie de Facebook – devra se passer de l’un de ses 28 partenaires, et pas des moindres : Paypal.

Cela ne sent pas très bon pour Facebook, qui comptait sur sa crypto-monnaie pour conquérir le portefeuille (virtuel) de ses utilisateurs. Si la firme pouvait compter sur 28 partenaires, comprenant des grosses pointures comme Visa, MasterCard, Stripe, ou encore, en France, Iliad (Free), PayPal quitte finalement le consortium. Les raisons n’ont pas été détaillés outre mesure par Paypal, qui s’est contenté d’indiquer vouloir « se concentrer sur sa mission actuelle de démocratiser l’accès aux services financiers pour les populations mal desservies. »

Cela fait suite à des rumeurs pressantes concernant un éventuel retrait de Mastercard et Visa du projet, lancé par le Wall Street Journal le semaine dernière. Ces deux partenaires, parmi les plus importants, n’ont toutefois pas encore communiqué à ce sujet. Notons que tous les partenaires de Facebook s’étaient initialement accordé pour verser 10 millions de dollars chacun afin d’amorcer le projet. Pour l’heure, on ne sait pas ce qu’il adviendra de la somme versé par Paypal.

Avenir trouble pour la Libra

Ce retrait de PayPal n’augure rien de bon pour le projet de Facebook en matière de crypto-monnaie. En juillet, le Congrès américain a fait savoir à Mark Zuckerberg que le projet devait être mis en pause, craignant qu’il ne déstabilise le dollar. L’actuel dirigeant d’Apple, Tim Cook, a également montré son hostilité à la Libra en déclarant ne pas être « à l’aise avec l’idée qu’un groupe privé crée une monnaie concurrente (ndlr : à celle des États). »

Pour rappel, Facebook a prévu de lancer sa crypto-monnaie dans le courant de l’année prochaine. Celle-ci sera différente des crypto-monnaies traditionnelles puisqu’elle sera indexée sur le cours du dollars, permettant d’éviter d’importantes variations comme on a pu le constater avec le Bitcoin. Le tout sera basé sur une blockchain privée baptisé « Libra blockchain » et gérée par Facebook et ses partenaires, du moins, ceux qui resteront.