Trump aurait accepté de lever partiellement les sanctions qui pèsent sur Huawei

Android

Par Remi Lou le

Après avoir laissé entendre que les sanctions envers Huawei pourraient être « assouplies » durant une réunion la semaine dernière, Donald Trump se serait décidé à approuver une liste d’entreprises américaines autorisées à commercer avec la firme chinoise à l’occasion d’une nouvelle rencontre avec des négociateurs chinois. Malgré tout, nous ne savons toujours pas si Google en fait parti.

Nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose le gouvernement américain et Huawei. Selon le New York Times, le gouvernement de Donald Trump a laissé entendre que les sanctions pourraient être prochainement assouplies envers la firme chinoise, actuellement soumise à embargo lui interdisant de commercer avec des entreprises américaines. L’actuel locataire de la Maison Blanche aurait laissé échapper cette information durant une réunion qui s’est tenu la semaine passée. Selon le Times, Donald Trump aurait ainsi « donné le feu vert pour approuver les licences, ce qui permet à certaines entreprises américaines d’outrepasser l’embargo que son administration a mis en place contre Huawei ».

Ce 10 octobre, durant la treizième rencontre de l’administration Trump et des négociateurs chinois à Washington afin de convenir d’une solution pour mettre fin à la guerre commerciale qui oppose la Chine et les États-Unis, le locataire de la Maison Blanche se serait décidé à approuver une liste d’entreprises américaines autorisées à commercer avec Huawei, d’après les dernières informations du Wall Street Journal. En revanche, les noms de ces entreprises n’ont pas été mentionnés.

Pour l’heure, nous ne savons pas encore s’il s’agit là d’un énième coup de bluff du président américain, ou si le gouvernement des États-Unis pourrait bel et bien permettre à Huawei de profiter à nouveau des licences américaines. On pense notamment à la licence Android de Google, alors que Huawei a récemment dévoilé son Mate 30 Pro à Munich, un smartphone impressionnant mais, hélas, dépourvu des services de Google et perdant ainsi beaucoup de son intérêt en dehors du marché chinois.