Le premier zoo au monde à accueillir le « blob » est à Paris

Science

Par Felix Gouty le

Pour la première fois, un zoo consacre l’un de ses espaces de visite au blob, un organisme très étrange.

Crédits : Parc zoologique de Paris / MNHN.

Ce n’est ni un animal, ni une plante, ni un champignon et pourtant, lui aussi, a sa place au Parc zoologique de Paris. Le blob, cet organisme unicellulaire aux propriétés et capacités étranges, est visible depuis ce week-end dans le vivarium européen du zoo du bois de Vincennes. A l’occasion du cinquième anniversaire de sa ré-ouverture, le Parc zoologique de Paris est en effet le premier zoo du monde à consacrer une partie de son espace de visite au blob.

Être étrange, il a été découvert en 1973 par une femme terrifiée par son apparente invincibilité, dans son jardin au Texas. De son vrai nom, Physarum polycephalum, celui que même les zoologues surnomment le « blob » est un amibozoaire, un organisme vivant constitué d’une seule cellule composé d’un noyau renfermant son ADN. Ce noyau peut néanmoins se multiplier à l’infini et ainsi permettre au corps du blob, initialement microscopique, de s’étendre sur des surfaces colossales et même de se déplacer. Jaune et à l’allure spongieuse, caché dans les sous-bois ou dans des caves humides, il se nourrit selon ses besoins de composés organiques carbonés ou soufrés. Avec ses 720 sexes différents possibles, son mode de reproduction se rapproche davantage de celui des champignons. Enfin, lorsque son corps se dessèche par manque de ressources et se met en dormance, il serait pratiquement immortel !

« Notre mission, c’est aussi de montrer les mystères de la nature » a déclaré le président du Muséum national d’histoire naturelle et du Parc zoologique de Paris, Bruno David, comme le rapporte Le Monde. Ainsi, un blob et ses « bébés » seront observables au sein d’une « blob zone » à l’abri de la lumière. En effet, chaque jour, des jardiniers formés spécialement à la culture du blob produisent de nouveaux spécimens en divisant (sans douleur) le même échantillon d’origine, afin de présenter un maximum de spécimens au public.

Pour en savoir plus sur le blob, observez-le en mouvement dans une vidéo explicative produite par le Parc zoologique de Paris.