L’Apple Card accusée de sexisme

Apple

Par Remi Lou le

Une enquête vient d’être ouverte dans l’État américain de New York concernant l’Apple Card accusée, par certains utilisateurs, de discrimination envers les femmes.

Crédits : Apple

En début d’année, Apple annonçait un drôle de produit dont la firme n’a pas vraiment l’habitude : une carte de crédit. Créée en collaboration avec la banque Goldman Sachs, et sobrement baptisé Apple Card, la carte est disponible aux États-Unis depuis cet été, et elle n’est pas prévue en France pour le moment. Malgré son coloris immaculé, l’Apple Card ne serait pas blanche comme neige puisqu’une polémique fait actuellement rage outre-Atlantique à son propos. La carte est même au cœur d’une enquête du département des services financiers de l’État de New York en raison de son caractère présumé sexiste.

Tout est parti de Twitter, lorsque l’entrepreneur David Heinemeier Hansson indiquait dans une publication que sa limite de crédit avec l’Apple Card était vingt fois supérieure à celle de sa femme, quand bien même les époux effectuent leurs déclarations de revenus ensemble et que le « credit score » de sa femme était plus élevé que le sien. Selon l’entrepreneur, l’algorithme mis au point par Apple avec sa carte serait opaque, et surtout, sexiste. Parole autrement plus inquiétante en ce qui concerne Apple : Steve Wozniak, le co-fondateur de la firme à la Pomme, a également constaté une anomalie du même genre avec l’Apple Card. Celui-ci déclarait dans un tweet qu’il avait une limite de crédit dix fois supérieure à celle de son épouse.

L’affaire a remué le web jusqu’à atteindre le département des services financiers de l’État de New-York, qui a indiqué dans les colonnes de Bloomberg vouloir mener « une enquête pour déterminer si la loi de New York a été violée et pour veiller à ce que tous les consommateurs soient traités de manière égale, sans distinction de sexe. Tout algorithme qui, intentionnellement ou non, entraîne un traitement discriminatoire à l’égard des femmes ou de toute autre catégorie de personnes protégée viole la loi de New York. »

Apple ne s’est pas exprimé sur le sujet, mais la banque Goldman Sachs, à l’origine de l’Apple Card, a indiqué que le genre n’était pas pris en compte dans le calcul de la limite de crédit d’un utilisateur. « Nous tenons compte des revenus d’un individu et de sa solvabilité, ce qui inclut des facteurs comme les scores de crédit individuels, les dettes, et comment les dettes sont gérées. En fonction de ces facteurs, il est possible que deux membres d’une famille reçoivent des décisions significativement différentes concernant le crédit » a ainsi indiqué la banque américaine dans son communiqué que vous pouvez retrouver ci-dessous.