La santé des enfants est menacée par le réchauffement climatique

Science

Par Felix Gouty le

En matière de santé, ce sont les enfants nés aujourd’hui qui vont le plus souffrir du réchauffement climatique. C’est ainsi que le Lancet, collectif d’experts internationaux, conclut son rapport annuel sur les effets du changement climatique.

Les effets du réchauffement climatique continuent sans cesse de se montrer : actuellement à Venise, à cause de trop fortes précipitations, l’intérieur de la Basilique Saint-Marc est sous l’eau. Cependant, d’autres conséquences de ce changement planétaire ne sont pas aussi visuelles ou, même, pas encore visibles. Le dernier rapport annuel du Lancet, un collectif international de scientifiques et d’experts médicaux des Nations unies, met en lumière la gravité de ses effets secondaires plus insidieux, principalement sur la santé publique. En se basant sur des données concernant l’intensité des sécheresses, les rendements agricoles ou encore l’évolution de la consommation d’énergies fossiles, le Lancet a évalué les effets du réchauffement climatique sur la santé des générations futures, si les tendances ne s’inversent pas radicalement. « Sans une action immédiate de la part de tous les pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, les gains actuels en matière de bien-être et d’espérance de vie seront compromis et le changement climatique définira la santé d’une génération entière », prévient Nick Watts, directeur exécutif du rapport Lancet Countdown, dans un communiqué relayé par CNBC. En effet, le rapport estime notamment qu’un enfant né aujourd’hui vivra dans un monde dont la température moyenne sera augmentée de 4°C lorsqu’il fêtera ses 71 ans (ou plutôt « si jamais il fête ses 71 ans »). « Nous n’avons aucune idée de l’ampleur d’un tel changement en matière de santé publique mais nous savons que c’est catastrophique », ajoute Nick Watts.

Si, par exemple, la toxicité des gaz à effet de serre menacent directement le bon fonctionnement des poumons de millions de nouveaux-nés, le Lancet a aussi identifié des problèmes médicaux indirects. L’augmentation des températures et des précipitations a renforcé les populations de moustique, accentuant les risques de transmission de maladies comme la dengue – particulièrement dangereuse auprès des enfants. En l’occurrence, le rapport affirme que neuf des dix années les plus impactées par la dengue proviennent des deux dernières décennies. « Nos enfants reconnaissent déjà l’urgence climatique et demandent que nous les en protégions, déclare Hugh Montgomery, directeur de l’Institut pour la santé humaine de l’université-collège de Londres et co-auteur du rapport, sur Wired (dont l’article comporte une série de graphiques extraits du dit rapport). Nous devons les entendre et agir en conséquence ».