La Russie impose des apps préinstallées sur les smartphones

Smartphone

Par Olivier le

Apple va-t-elle devoir quitter purement et simplement le marché russe ? Une nouvelle loi signée par Vladimir Poutine pourrait en effet pousser le constructeur américain à faire ses valises.

Le Parlement russe a voté une nouvelle législation visant à forcer les constructeurs d’appareils électroniques à préinstaller des applications et des services russes aux côtés de leurs propres apps. La loi, signée par Vladimir Poutine, entrera en vigueur en juillet 2020. D’ici là, le gouvernement du pays établira une liste des produits concernés : smartphones, mais aussi ordinateur et téléviseurs connectés.

Une obligation inscrite dans la loi russe

Certains constructeurs se plieront sans trop de problème à cette exigence. Après tout, ils le font déjà quand leurs produits sont distribués par les opérateurs : on retrouve sur leurs appareils des applications tierces, souvent sans grand intérêt, préinstallées pour faire plaisir au distributeur. Dans le cas de la Russie, il ne s’agit pas d’un accord commercial, mais d’une exigence politique.

Cette nouvelle loi, qui oblige donc les constructeurs à intégrer des applications natives russes, laisse la porte grande ouverte à des abus : la Russie a peut-être trouvé là le moyen de forcer l’installation de portes dérobées. Tous les fabricants ne seront peut-être pas très à l’aise avec cette législation, à commencer par Apple.

Le créateur de l’iPhone a toujours mis un point d’honneur à ne pas préinstaller d’applications pour les opérateurs. Un iPhone acheté en Russie comprend les mêmes apps qu’un iPhone acheté aux États-Unis ou ailleurs, et il n’est pas question pour le constructeur américain de transiger, eu égard à son écosystème verrouillé, et tout particulièrement en vertu de son discours très ferme sur la confidentialité.

Dans ce contexte, on verrait mal Apple transiger et accepter de préinstaller des applications et services russes sur les iPhone vendus en Russie. Néanmoins, le groupe a tout récemment accepté d’accoler la Crimée à la Russie dans ses apps Météo et Plans, au mépris du consensus international sur la question : se pourrait-il qu’il cède une fois encore au pouvoir russe ? Il reste quelque mois avant la mise en place effective de la loi, Apple pourrait faire pression pour en être exemptée. Si ce n’est pas le cas, il est possible que le constructeur décide purement et simplement de ne plus vendre ses produits en Russie.

Source: Forbes