Amazon : Bezos s’en prend à Trump après la perte d’un contrat à 10 milliards de dollars

politique

Par Remi Lou le

Après l’attribution d’un contrat de dix milliards de dollars à Microsoft, le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, accuse personnellement Donald Trump d’avoir sciemment écarté son entreprise.

Dans un document judiciaire rendu public ce lundi, on apprend enfin qui empochera le contrat JEDI, qui, malgré son nom, n’a absolument aucun rapport avec la Force. JEDI, pour Joint Enterprise Defense Infrastructure, vise en réalité à fournir le Pentagone en stockage de données en ligne, soit un cloud nouvelle génération pour moderniser les infrastructures du département américain de la Défense. Le contrat, qui s’étale sur une durée de dix ans, représente un enjeu financier de poids, puisqu’il pèse près de 10 milliards de dollars, à raison d’un milliard par an. Mais ce chiffre paraît quelque peu dérisoire face aux chiffres d’affaires colossaux des acteurs qui souhaitaient l’acquérir, notamment Google, Amazon et Microsoft. Pour ces géants du numérique, l’ambition était tout autre avec JEDI : mettre un pied de plus dans le secteur public américain.

Si Google s’était finalement désisté de la course à l’attribution de ce contrat juteux, c’est finalement Microsoft qui empoche la mise, au détriment d’Amazon, qui était pourtant le grand favori pour mettre la main sur JEDI. La firme fondée par Jeff Bezos est en effet l’un des principaux acteurs dans le secteur du cloud computing aux États-Unis. Elle fournit notamment les infrastructures de Netflix, mais aussi, dans le domaine public, celles de la CIA ou encore de la NASA. Pourtant, malgré les attraits d’Amazon Web Services, la division cloud de l’entreprise, c’est finalement la firme de Redmond qui a été choisie par le ministère de la Défense américain.

Jeff Bezos monte au créneau contre Donald Trump

Si 10 milliards de dollars sur dix ans ne représentent qu’une goutte d’eau dans les revenus engrangés par Amazon Web Services (25 milliards sur une seule année, en 2018), cela n’a pas empêché la firme d’intenter un recours dans la procédure d’attribution. Elle envisagerait même de porter plainte contre Washington. Jeff Bezos lui-même est monté au créneau pour attaquer directement le président américain qui aurait, selon lui, pesé de tout son poids pour que le contrat JEDI échappe aux mains d’Amazon.

En réalité, ce nouvel événement ne vient que s’ajouter à un conflit de longue date entre Jeff Bezos et Donald Trump. Les deux font, en effet, preuve d’assez d’hostilité l’un envers l’autre. Le fait que Bezos possède le Washington Post, un quotidien américain qui se montre souvent critique vis-à-vis de l’actuel locataire de la Maison Blanche est certainement un des facteurs de bisbille. Selon Bezos, Trump aurait tenté de nuire à Amazon par l’attribution de ce contrat à Microsoft. « Le président américain peut-il utiliser le budget du département de la Défense à ses fins personnelles dans un contexte politique ? » s’interroge ainsi la cellule juridique d’Amazon. Quant au ministère de la Défense américain, il reste de marbre face aux injonctions de la firme, et indique que la décision de choisir Microsoft résulte d’une décision « conforme au processus normal » tout en réfutant l’intervention de toute pression externe, notamment celle du président américain.

Source: Gizmodo