Sex on the beach : des milliers de poisson-pénis échoués sur une plage en Californie

Science

Par Felix Gouty le

A cause des violentes tempêtes faisant en rage en Californie, des milliers de « poissons pénis » se sont échoués sur une plage.

Des milliers de poissons pénis se sont échoués en Californie.
Crédits : Ryan Bodenstein / Flickr.

Si vous comptiez vous rendre en Californie pour des balades romantiques sur la plage, changez vos plans dard-dard ! Et pour ceux qui sont déjà sur place, faites attention de ne pas glisser et sortez couverts ! Blague(s) à part, il existe véritablement des êtres vivants en forme de pénis. Les Californiens sont bien placés pour le savoir : des milliers de ces « poissons pénis » recouvrent actuellement la plage de Drake’s Beach, de trois kilomètres de long, dans la moitié nord de l’État. L’Urechis unicinctus, de son nom scientifique, est un annélide ou ver marin et non un poisson. Il vit sous le sable, dans des cavités en forme de « U » qu’il creuse lui-même, et se nourrit des détritus organiques (des cadavres de petits animaux, par exemple) qui tombent sur le plancher marin. Il a réparti son habitat sur l’ensemble des côtes du Pacifique nord, notamment celles de Chine, de Corée ou du Japon. Celui que les Chinois nomment « intestin de mer » fait entre 10 et 30 centimètres de long. Les Coréens, eux, l’appellent « gaebul » et certains lui prêtent des vertus aphrodisiaques.

D’après le site Bay Nature, le fait qu’un si grand nombre d’entre eux ait échoué sur une même plage est due aux violentes tempêtes qui ont touché la Californie ces dernières semaines. Le vent et la pluie, générant de puissantes vagues, les auraient déterré de leurs repaires sableux et les auraient fait converger vers la fameuse plage. D’autres phénomènes de ce genre ont été observés auparavant. Néanmoins, ces derniers avaient eu lieu plus au sud, sur la côte mexicaine. Exposés ainsi à la surface, les pauvres vers constituent désormais un véritable festin pour mouettes et goélands.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bay Nature Magazine (@baynaturemagazine) le