Le bug de l’an 2000 fait son come-back, 20 ans plus tard

Sur le web

Par Remi Lou le

Une solution bancale pour éviter les bugs liés au passage à l’an 2000 cause du tort en 2020. À New York, les parcmètres ont cessé de fonctionner, tout comme de nombreuses caisses enregistreuses chez des commerçants et même le jeu de catch WWE 2K20.

Rappelez-vous, en 1999, lorsque le bug de l’an 2000 menaçait de faire s’effondrer le réseau informatique mondial. 20 ans plus tard, il semblerait que la menace soit définitivement écartée. Pourtant, un peu comme dans le dernier Star Wars, la terrible menace de la fin des années 1990 fait un come-back inattendu en 2020. Comme le note New Scientist, il faut s’attendre à une série de bugs cette année, comme ceux ayant déjà affecté les parcmètres new-yorkais et le jeu vidéo WWE 2K20. Dans ces deux cas de figure, le passage à l’an 2020 a créé un certain nombre de problèmes, empêchant les New-yorkais de payer avec leurs cartes bancaires sur les parcmètres, quand WWE 2K20 s’est bloqué passé minuit lorsque les premiers États américains sont passés dans la nouvelle année.

Y a-t-il un bug de l’an 2020 ? En réalité, le problème serait directement lié au bug de l’an 2000. Craignant de voir leurs infrastructures s’effondrer au passage du nouveau millénaire, de nombreuses entreprises avaient tenté de minimiser les problèmes à venir en réécrivant partiellement la façon dans les ordinateurs stockent les dates, évitant ainsi que le passage à l’an 2000 ne les ramène en 1900. Pour éviter le bug de l’an 2000, une solution efficace et rapide à mettre en place avait été trouvée, et baptisé le « windowing », ou fenêtrage. Cette solution consistait alors à traiter les dates de 00 à 20, et cela à partir de l’an 2000, afin d’éviter de voir les systèmes retourner en 1900. Comme l’indique New Scientist, 80% des ordinateurs avaient été modifiés afin de procéder de la sorte en 1999 pour contourner le bug de l’an 2000. Le problème, c’est que cette solution ne corrige pas le bug, mais le décale simplement à plus tard, et notamment en l’an 2020, puisque les codeurs auraient choisi 1920-2020 comme fenêtre standard, afin d’inclure le point médian de l’heure Unix, qui démarre le 01/01/1970.

« La correction des bugs dans les anciens systèmes est un cauchemar : cela ressemble à des spaghettis et les personnes qui l’ont écrit ne sont plus là », explique à New Scientist Paul Lomax, qui a géré le bug de l’an 2000 pour l’opérateur américain Vodafone, tout en précisant « ils ont supposé que leurs systèmes seraient depuis longtemps hors d’usage d’ici 2020. Tout comme ceux des années 1960 ne pensaient pas que leur code serait encore là en l’an 2000. » Concrètement, si le passage à l’an 2020 a causé des problèmes informatiques, c’est notamment car les systèmes qui avaient utilisé ce « pansement » se sont subitement retrouvés… en 1920. Ce problème de date expliquerait pourquoi les payements ont été refusés, aussi bien sur les parcmètres new-yorkais que sur des caisses enregistreuses de nombreux commerçants.

Le prochain bug est prévu pour le 19 janvier 2038 à 3 heures 14 minutes et 7 secondes. C’est en effet à cette date que les ordinateurs 32 bits arriveront à court de capacité de stockage de date, et qu’ils risquent de se retrouver en… 1901. L’avantage, c’est que, grâce à l’informatique, pas besoin de machine à voyager dans le temps pour se retrouver au siècle dernier.