Amazon : 300 employés s’allient pour protester contre le règlement intérieur

Sur le web

Par Remi Lou le

Dans un témoignage posté sur Medium, 300 employés d’Amazon fustigent la firme et protestent contre la mise en place d’un nouveau règlement les empêchant de parler publiquement des activités de l’entreprise. Le groupe, baptisé Amazon Employees for Climate Justice, en profite pour rappeler la firme à ses engagements en matière d’écologie.

“Cette action a été menée pour protester contre le règlement récemment rafraîchi, qui interdit aux employés de s’exprimer publiquement sur les activités de l’entreprise sans autorisation préalable » a indiqué ce dimanche 26 janvier le groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ) sur le site Medium. Quelque 300 employés d’Amazon (le groupe en compte 650 000 à travers le monde) ont ainsi fait part de leurs critiques envers la firme fondée par Jeff Bezos, qui a récemment émis un nouveau règlement les empêchant de mentionner publiquement les activités de l’entreprise. « En tant qu’employés d’Amazon, nous sommes responsables, non seulement du succès de l’entreprise mais aussi de son impact. C’est notre responsabilité morale de parler haut et fort et les changements dans le règlement nous empêchent d’exercer cette responsabilité » peut-on ainsi lire de la part d’une ingénieure informatique de la firme.

Toutefois, si le sujet de la protestation est avant tout de critiquer la décision d’Amazon de vouloir faire taire ses employés, le groupe AECJ n’oublie pas sa vocation première et déplore les ambitions écologiques de la firme. Si Jeff Bezos a bien pris des engagements en ce qui concerne la lutte contre le réchauffement climatique le 19 septembre dernier, en indiquant vouloir atteindre la neutralité carbone d’ici 2040, le groupe AECJ n’estime pas cela suffisant et réclame un même objectif dix ans plus tôt, soit d’ici la fin de la décennie en cours. De nombreux témoignages critiquent en effet certaines décisions d’Amazon comme la montée en puissance des services de « cloud » de l’entreprise, un réseau logistique afin d’assurer des transports de plus en plus rapides, ou encore la mise à disposition des technologies d’IA d’Amazon au service du secteur pétrolier.

Bien qu’Amazon n’ait pas donné de réponse officielle à ce témoignage provenant de ses employés, Franceinfo note que le Washington Post – un média appartenant à Jeff Bezos – est parvenu à s’entretenir avec un porte-parole qui indique qu’Amazon met à disposition différentes plateformes pour permettre à ses employés d’interagir en interne. Notons pour finir que ce type de règle, appelé devoir de réserve, est relativement courant en entreprise.