Dossier

[Dossier] Vous n’avez rien compris au Marvel Cinematic Universe ? On vous explique tout !

Dans univers partagé, il y a partagé

Toutes les créations du MCU se déroulent dans le même univers, c’est le principe. Que ce soit Agents of SHIELD, Daredevil, Avengers et même les Gardiens de la Galaxie, tous les personnages peuvent se rencontrer au hasard au détour d’une rue. Rocket peut par exemple se rendre au cabinet d’avocat Nelson and Murdock pour prouver devant la loi qu’il n’est pas un raton laveur. Enfin ça, c’est la théorie…

Avengers L’Ere d’Ultron (2015)

Et si des films comme Avengers ou Civil War insistent bien sur cette convergence, les autres films et séries racontent leurs histoires propres. Néanmoins, Marvel Studios n’hésite jamais à placer deux ou trois références où il le peut.

La Phase 1 centrée sur le SHIELD

Tout commence donc en 2008 avec la sortie d’Iron Man. Et pour ce premier film, il n’y a bien entendu pas de références aux autres productions à faire, étant donné qu’il est le seul à sa sortie. Mais Marvel ne s’est pourtant pas privé de commencer à construire son univers, en utilisant des clins d’œils. Par exemple, on voit le bouclier de Captain America en arrière-plan dans l’une des scènes. Bouclier récupéré par le père de Tony, Howard.

Mais l’élément qui lance la construction de l’univers étendu, c’est bien l’organisation SHIELD. Une organisation présentée avec le visage de Coulson. Lui et le SHIELD reviendront par ailleurs dans plusieurs films de la phase 1, nous y reviendrons, afin de bien faire comprendre au spectateur de l’époque que tous les films se déroulent dans le même univers. La construction de l’univers étendu est explicitement affirmée à la toute fin d’Iron Man avec l’introduction de Nick Fury, directeur du SHIELD, qui propose à Tony Stark la formation d’une super équipe de héros : les Avengers.

Les films suivants servent ensuite à consolider l’univers et à présenter les personnages d’Avengers. Par exemple, Stark apparaît à la toute fin du deuxième film du MCU, L’Incroyable Hulk (2008), pour suggérer à Ross de monter une équipe, prenant ainsi le rôle de Nick Fury dans le premier film. De même, le SHIELD est bien présent dans le film, utilisé par Ross pour traquer le gros monstre vert alors incarné par Edward Norton, et une mention est faite à Captain America concernant le sérum utilisé par Emil Blonsky.

Même topo pour Thor, qui utilise le SHIELD, l’agent Phil Coulson et se permet même de petites références à Stark Industries. Notons d’ailleurs que dans ce film, le personnage de Hawkeye (Jeremy Renner) apparaît pour la première fois dans le MCU. Il fait alors partie de la base militaire chargée de surveiller le marteau et dispose de quelques répliques, mais son rôle s’arrête là, puisqu’il ne sera exploité pleinement qu’avec le film Avengers (2012).

Le film Iron Man 2 (2010) est lui un peu particulier. C’est avec ce film que Marvel Studios a décidé de rusher un peu la construction de son Avengers. Le film prend en effet son temps pour annoncer la future apparition de l’équipe au cinéma, à tel point qu’on se demande s’il n’a pas oublié de raconter son histoire principale en cours de route. Iron Man 2 permet de montrer la naissance concrète du projet Avengers et introduit même le personnage de Black Widow, incarnée par Scarlett Johansson.

Captain America The First Avenger (2011) est lui aussi un cas à part. Le film se déroule en 1945 et le SHIELD n’existe donc pas encore. Néanmoins, le film n’est pas totalement détaché des premiers. Howard Stark, le père de Tony, a par exemple un second rôle très important. Mais le film de Joe Johnston introduit également un élément très important pour la suite du MCU : Le Tesseract (ou la pierre de l’espace), un artefact qui a autrefois appartenu à Odin (apparu pour la première fois dans Thor). Un objet qui n’est autre qu’une des six pierres d’infinité. Des pierres aux pouvoirs immenses qui veulent être récupérées par Thanos, le grand méchant de l’univers Marvel qui apparaît pour la première fois dans The Avengers (2012).

Avengers qui est également l’occasion de voir la deuxième pierre du MCU, la pierre de l’esprit. Une pierre incluse dans le sceptre de Loki, mais pas explicitement présentée. Il faudra attendre Avengers L’Ere d’Ultron (2015) pour comprendre qu’il s’agit là d’un objet très important pour la suite de l’histoire.

Une phase 2 centrée sur les Pierres d’infinité

La phase 1 terminée, Marvel peut passer aux choses sérieuses. Plus besoin de présenter l’univers, les personnages importants ou les liens entre eux. Le studio s’évertue alors à présenter une nouvelle problématique introduite dans la première phase : les Pierres d’infinité. Passons sur Iron Man 3 (2013), Captain America The Winter Soldier (2014) ou Ant-Man (2015) qui ne font aucune référence à ces pierres. La troisième pierre apparaît ainsi dans Thor The Dark World (2013). Il s’agit de l’Aether, la Pierre de la réalité.

Le scénario des Gardiens de la Galaxie (2015), même s’il semble déconnecté du reste des autres productions, a pourtant la Pierre du Pouvoir (l’Orbe) au centre de son scénario. Il introduit également le personnage du collectionneur (important dans les comics Marvel quand on parle des Pierres) et donne un plus grand rôle à Thanos, le méchant ultime du MCU.

La dernière allusion aux Pierres d’infinité est faite dans Avengers L’Ère d’Ultron (2015). Comme nous vous le disions, nous apprenons dans le film que le sceptre de Loki utilisé dans Avengers (2012) n’est autre que la Pierre de l’Esprit. Une Pierre utilisée dans le film par HYDRA pour donner des pouvoirs aux jumeaux Pietro et Wanda Maximoff (Pietro qui apparaît aussi dans les films X-Men, mais qui est incarné par un autre acteur car c’est la Fox qui produit un autre univers), pour créer Ultron et également pour donner vie à Vision.

Une phase 2 qui tease donc habilement l’utilisation des Pierres dans un futur plus ou moins proche. Qui a parlé d’Avengers Infinity War, prévu pour 2018 ?

Quid de la phase 3 ?

Quatre Pierres d’infinité ont donc été introduites dans la phase 1 et 2 (Espace, Esprit, Pouvoir et Réalité). Doctor Strange (2016) le deuxième film de la phase 3, introduit la Pierre du Temps (L’Oeil d’Agamotto) et la dernière Pierre sera présentée dans un prochain film. Lequel ? Les paris sont ouverts ! On mise sur Thor Ragnarok.

Civil War (2016), qui lance la phase 3, passe son tour sur les Pierres d’Infinité, mais cela ne l’empêche pas d’être une orgie de connexion avec les autres films. Pratiquement tous les héros du MCU (sauf Thor et Hulk) se mettent sur la tronche et donnent une conclusion honnête à la phase 2, qui s’est terminée par un Ant-Man qui ne résolvait rien du tout.

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 est un film qui s’intéresse également à autre chose que les Pierres d’Infinité, contrairement au premier volet.

La grande question sera maintenant de savoir quel sera le fil rouge de cette phase 3. Il est trop tôt pour affirmer quoi que ce soit, mais il est possible que Thanos soit au centre des débats avant son arrivée dans Infinity War. La phase 3 sera également placée sous le signe du renouvellement, avec l’introduction de personnages qui devront porter le MCU sur leurs épaules dans le futur. On pense bien entendu à Doctor Strange, mais aussi à Spider-Man, Captain Marvel ou encore Black Panther.

Avengers Infinity War, le troisième volet de la saga, sera l’un des moments forts de cette phase. Mais le grand final, le film qui aura la lourde tâche de tout chambouler, ce sera bien entendu le dernier de la phase 3 : Avengers 4.

Des séries en marge

Nous l’avons vu, les séries du MCU se montrent un peu en marge de l’univers établi par les films. Si la série Agents of SHIELD court après les événements « importants » (des longs-métrages), elle n’hésite jamais à faire référence à des personnages. Des références parfois lourdes, presque forcées histoire de dire « youhou, on existe, regardez nous ! ». Cela peut aller du « Oh, c’est Bruce Banner qui a conçu ce fusil » à « L’Abomination est enfermée dans la prison qu’on infiltre » (mais vous ne la verrez pas) du « Oh, mais ce n’est pas Lady Syf qui vient nous dire bonjour ? ».

Mais Agents of SHIELD reste utile au MCU, même s’il est snobé. En effet, plusieurs problématiques sont abordées pendant les quatre saisons. Ainsi, nous pouvons suivre la destruction totale d’HYDRA (enfin presque) et le retour du SHIELD sur le devant de la scène. Les prochains films auront-ils le courage de faire intervenir des personnages de la série dans leur histoire ? Rien n’est moins sûr.

Agent Carter est plus intéressante sur ce point de vue. En effet, la série d’ABC ne tente pas absolument de se relier aux films, puisqu’elle se déroule bien avant. Néanmoins, elle se permet tout de même de dévoiler les raisons qui ont permis au SHIELD d’exister et de réutiliser les personnages comme Howard Stark ou Dum Dum Dugan. De même, on apprend grâce à la série que le nom Jarvis (l’IA de Tony Stark), n’a pas été choisi au hasard, puisqu’il était porté par le majordome d’Howard. Une série qui a malheureusement été supprimée après deux saisons. Fait symbolique, Civil War fait mourir le personnage de Peggy Carter seulement quelques semaines après qu’ABC a annoncé avoir annulé la série.

Netflix, un monde à part

Comme nous vous le disions dans la page précédente, les séries Netflix évoluent bien dans le MCU, mais dans un monde un peu à part. Cela n’empêche pas les scénaristes de faire moult clins d’œil et de parfois réutiliser des événements d’autres films.

Daredevil, par exemple, débute sur Matt et Nelson cherchant à installer leur nouveau cabinet d’avocat. Ça tombe bien, les prix ont baissé depuis « l’incident », c’est à dire la bataille de New York dans Avengers. Matt a grandi dans l’orphelinat Sainte Agnès, le même qui a accueilli Skye (Agents of SHIELD). Dans l’appartement de Ben Urich, on distingue une Une qui fait référence à l’intervention de Hulk dans Harlem montrée dans le film de 2008, ainsi qu’une Une sur la bataille de New York. James Wesley n’hésite pas à parler d’Iron Man et de Thor dans ses discours. Enfin, un gros clin d’œil est fait aux inhumains dans un épisode. Et Agents of SHIELD a consacré énormément d’épisodes sur le sujet.

Deux grosses références au MCU sont faites dans le bureau d’Ulrich (Daredevil)

Même topo sur Jessica Jones, ou plein de petites références sont faites. Un épisode entier est même consacré aux civils amers contre les super-héros après la bataille de New York. La chose continue dans Luke Cage, où des armes de la société Hammer (Iron Man 2) permettent de lancer le scénario. Fait amusant, l’actrice Alfre Woodard y incarne un rôle important… alors que l’actrice jouait un petit rôle dans Civil War quelques mois plus tôt. Néanmoins, elle prête ses traits à deux personnages différents, au grand désarroi des adeptes de la convergence films/séries. Néanmoins, les séries Netflix s’arrêtent aux clins d’œil. En effet, aucune convergence n’est à noter à part ça. Pas de rencontre avec Captain America, Iron Man ou même Spider-Man, qui évolue lui aussi à New York.

Spider-Man Homecoming, d’ailleurs, qui voulait faire référence à ces héros Netflix, selon l’un des producteurs. La chose ne s’est finalement pas faite, mais le producteur a bon espoir de placer des clins d’œil à Luke ou Matt dans un deuxième volet.