Dossier

Femmes dans la NASA : pourquoi leur présence se développe t-elle si lentement ?

Espace

Par Felix Gouty le

Sélection stéréotypée, infrastructures pas adaptées… plusieurs facteurs expliquent pourquoi les femmes sont encore aujourd’hui peu présentes dans le domaine de l’exploration spatiale.

En 2024, l’Agence aérospatiale américaine (NASA) compte envoyer la première femme sur la Lune et souhaite qu’elle soit le premier être humain à fouler son sol depuis 1972. Pourtant, y parvenir n’a pas été une promenade de santé : la première mission extra-véhiculaire exclusivement féminine n’a été effectuée qu’en octobre 2019. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Comment expliquer ce développement si lent de la place des femmes dans l’exploration spatiale ? Plusieurs facteurs expliquent cet état des choses.

Une sélection et un traitement stéréotypés

« Parmi plus de 560 personnes envoyées dans l’espace dans l’histoire de l’humanité, seulement 65 d’entre elles ont été des femmes », remarque Mary Robinette Kowal, auteure de la série de romans La Dame Astronaute, dans un entretien donné au New-York Times. Si l’envoi de la première femme dans l’espace, la cosmonaute russe et actuelle députée du parti de Vladimir Poutine, Valentina Terechkova, remonte à 1963, la première vague de sélection d’astronautes de la NASA ouverte aux femmes ne date que de 1977. Les dirigeants de l’Agence estiment alors que les femmes sont moins aptes à assumer le rôle d’astronaute. « Ce ne sont que des excuses, déclare Dava Newman, ancienne assistante à l’administration de la NASA, à The Verge. Nous avons la preuve – basée sur peu de chiffres, compte tenu du manque de femmes – qu’il n’existe aucune différence statistique concernant l’efficacité des astronautes, hommes ou femmes ». Selon elle, les différences morphologiques des femmes (taille moyenne inférieure, etc.) peuvent même constituer des avantages dans certains cas « Une personne plus petite sera plus indiquée lorsqu’il faut effectuer des réparations dans des espaces étroits. Bien sûr, parfois, on aura besoin d’une grande amplitude de mouvement et on privilégiera une personne avec de grands bras. Mais il y a des taches très variées à réaliser, donc au final, aucun physique ne sera moins avantageux qu’un autre. »

Les anecdotes partagées par Sally Ride, suggèrent par ailleurs que l’inclusion de femmes dans l’équipage avaient suscité des inquiétudes « logistiques » disproportionnées et parfois complètement irrationnelles. La première femme astronaute à avoir voyagé au-delà de l’atmosphère terrestre révèle ainsi que la NASA avait mis à sa disposition une centaine de tampons hygiéniques en prévision d’un séjour d’une seule semaine dans l’espace ! Autre exemple révélateur : partant du principe qu’une femme voudrait forcément disposer de maquillage, les ingénieurs de la NASA se sont creusés les méninges pour construire un kit de maquillage adapté aux contraintes particulières de l’environnement. Un challenge pas simple à relever plusieurs produits pouvant s’avérer dangereux sur place (les produits à base de poudre risquent par exemple de s’échapper, de flotter dans l’habitacle et d’irriter les yeux des occupants). Le problème est que personne ne leur avait demandé de passer du temps là-dessus et surtout pas la principale concernée. « C’était la dernière de mes préoccupations » avait ainsi indiqué Sally Ride lors d’une interview.

Les ingénieures Kristine Davis (ci-dessus) et Amy Ross a présenté le 15 octobre 2019 la nouvelle génération de combinaison spatiale unisexe prévue pour la mission lunaire Artemis. (Crédits : NASA/Joel Kowsky).

En mars 2019, la première sortie extra-véhiculaire 100% féminine (finalement reportée en octobre dernier) avait été empêchée par l’absence de tenues adéquates pour l’une des deux astronautes prévues pour la mission. En effet, la grande majorité des tenues présentes sur la Station spatiale internationale (ISS) reposent sur un design remontant aux années 1970, période durant laquelle elles étaient seulement destinées à des hommes. Des tenues de différentes tailles – adaptées aux nombreux modules technologiques nécessaires – avaient été pensées après coup mais, pour des raisons budgétaires, les versions S et XS n’avaient jamais été produites. « Quand vous avez affaire à des technologies et du matériel nécessitant un temps considérable pour être testés puis développés avant d’être mis en œuvre dans l’espace, il n’est pas étonnant que l’effet de certaines décisions prises au cours des années 1970 persiste encore des décennies plus tard », souligne Jessica Meir, l’une des deux astronautes de la mission historique d’octobre 2019, à The Verge.

Des infrastructures pas adaptées

Les spécificités au niveau de la taille ne sont pas les seuls éléments à n’avoir pas été correctement pris en compte. Par exemple, la transpiration n’est pas la même selon le sexe : les hommes suent beaucoup plus que les femmes et leurs zones de sudation ne sont pas les mêmes. Une femme astronaute a donc plus froid dans sa tenue qu’un homme, à l’heure actuelle – un facteur particulièrement risqué dans le vide intersidéral. Ce traitement inéquitable se voit aussi au niveau des infrastructures des vaisseaux et des stations spatiales. « Côté intimité, le président du CNES Jean-Yves Le Gall assure que l’ISS est totalement mixte et adaptée aussi bien aux hommes qu’aux femmes, mais tout de même, a déclaré au Parisien en mars dernier Brigitte Godard, médecin de l’ESA attitrée de Thomas Pesquet sur l’ISS, devoir faire pipi dans un tube aspirateur, ce n’est pas gagné ! » Reliquat des anciennes missions Apollo, uriner est – dans l’espace – une pratique qui demande une véritable maîtrise de soi. En effet, sur l’ISS, les toilettes sont vouées à recycler l’urine en eau potable, mais cela impliqué qu’elle ne comporte rien d’autre. S’il est facile pour un homme d’uriner sans déféquer, cette tâche est beaucoup plus ardue physiologiquement pour une femme. Les membres féminines de l’équipage doivent donc s’entraîner à faire l’un et l’autre séparément, pour ne pas courir le risque de manquer d’eau. Et cela, sans parler des gouttes de sang occasionnelles causées par les menstruations – empêchant elle aussi le mécanisme de recyclage de l’urine. Résultat : la majorité des femmes se résignent à opter pour la pilule en continu. Le manque de femmes dans des missions spatiales de longue durée réduit enfin le nombre de données permettant d’analyser les effets secondaires de ces séjours sur elles. Un vrai problème quand on sait que les effets de ces séjours sur l’humain peuvent être conséquents.

Malgré toutes ces contraintes, la place des femmes semble progresser, lentement mais sûrement. Pour preuve, la NASA travaille actuellement à la finalisation du design des prochaines combinaisons spatiales en vue d’un voyage vers la Lune. Ces nouvelles tenues ont été pensées pour maximiser le confort de déplacement et de travail aussi bien des hommes que des femmes, dès le début de leur fabrication. La portée symbolique de certains accomplissements – telle que cette mission extra-véhiculaire exclusivement féminine – aide du reste à atténuer le phénomène d’auto-censure. Moins il y a de femmes astronautes, plus cela envoie en effet à cette partie de la population le message plus ou moins conscient que ce n’est pas un métier pour elles. Accentuer la place et l’importance des femmes dans le secteur du spatial ne fera que renforcer l’envie d’autres femmes de choisir cette voie et d’en finir avec ce cercle vicieux. Et la prochaine étape pourrait même complètement renverser la balance : dans cette optique, la NASA ne pense pas qu’à la mission Artemis, sur la Lune, mais aussi à Mars. Jim Bridenstine, lui-même, l’un des administrateurs de la NASA, soutient la prévision suivante : « il est probable que la prochaine personne sur la Lune sera une femme et la première personne sur Mars sera aussi probablement une femme ».