Bouygues a un autre tour dans son sac pour convaincre Vivendi de lui revendre SFR

Smartphone

Par Jerome le

On le sait, Bouygues est prêt à beaucoup de sacrifice pour s’offrir SFR. L’offre rehaussée publiée la semaine dernière est déjà une preuve, mais le groupe de BTP a un autre tour dans son sac pour convaincre Vivendi.

Martin-Bouygues
Martin Bouygues – Image : Reuters, sur le JDD


Selon La Tribune, qui s’est entretenue avec des « sources proches du groupe », la nouvelle offre comprend également une clause de non-exécution, d’un montant compris entre 500 millions et un milliard d’euros. En clair, cela veut dire que si le contrat ne pouvait être conclu pour diverses raisons, par exemple au cas où les autorités de la concurrence s’opposeraient au rachat, Bouygues dédommagerait Vivendi de cette somme. Une seconde source du site économique fait état d’une clause un peu moins élevée : « maximum 500 millions d’euros ».

En tout état de cause, le chèque n’est pas négligeable et a le mérite de rassurer. La crainte de voir l’ARCEP s’opposer au rachat SFR était l’un des points faibles de l’offre de Bouygues. Se sachant dédommagée en cas de problème Vivendi sera certainement plus enclin à examiner la nouvelle offre. N’oublions pas non plus que Bouygues bénéficie du soutien de gouvernement, ce qui pourrait sans doute peser dans la décision des autorités de la concurrence. Ceci étant dit, rien ne prouve qu’une telle clause n’existe pas du côté d’Altice.