[PAL] Peut-on encore faire confiance au financement participatif (Kickstarter, IndieGogo, Ulule) ?

Par Fabio le

Le récent mini-cataclysme de cette semaine au sujet du rachat d’Oculus VR par Facebook nous questionne sur la confiance que les contributeurs peuvent accorder aux sociétés auxquelles ils promettent un don.

Oculus

Les chiffres, éloquents, témoignent pourtant de la belle confiance accordée aux plateformes de financement participatif, à commencer par Kickstarter, qui a su tirer son épingle du jeu et devenir un des acteurs importants de notre industrie. En 2013, sur le site américain, le jeu vidéo aura représenté environ 22% des promesses de don du site, estimées à 919 millions de dollars (si vous aimez les chiffres, on vous en donne d’autres à cette adresse).

Bien entendu, on a recensé aussi plusieurs arnaques et développements désastreux (un très bon exemple récent, ici) mais 35,09% des projets « gaming » ont quand même atteint les objectifs demandés (toujours en 2013), ce qui est tout de même, de notre avis, un excellent ratio.

Et puis, cette semaine, cataclysme, une histoire dont on a très largement parlé dans nos colonnes : après avoir été massivement aidé par des contributeurs du monde entier, Oculus VR est racheté par Facebook pour la modique somme de 2 milliards d’euros. Un rachat très commenté sur la toile, qui a provoqué l’ire de plusieurs dizaines de contributeurs, criant à la trahison.

Mais comme le souligne ce très intéressant article publié sur The Verge, l’argent récolté auprès des contributeurs est un don, et pas un investissement. Le contributeur ne peut donc ne rien dire, ni ne rien espérer quant à la direction qui prendra le projet dans lequel il a investi. Il doit faire confiance.

Le sujet du débat est donc celui-ci, quelle confiance portez-vous, aujourd’hui, à ce modèle de développement et de financement ?

stopwatch 2 min.