Dossier : « Les partis de l’Internet », condamnés à n’être que des partis de l’Internet ?

culture geek

Par Elodie le

À l’heure des films et séries SF-anticipation-futuriste comme iRobot, Black Mirror ou encore Minority Report et Matrix une société du tout numérique, une vie quotidienne connectée et intelligente ne nous apparaît plus comme un lointain songe. Bien que beaucoup s’accordent à considérer notre société contemporaine comme à bout de souffle, le renouvellement de ses idées passe-t-il par l’avènement de partis politiques plaçant Internet au cœur de l’équation. Aujourd’hui, les différents Partis politique de l’Internet sont-ils voués à se regarder le nombril, limités dans l’universalité de leurs discours ou s’inscrivent-ils dans un projet de société global ?

partis_internet_europe_condamnés
« Le meilleur des mondes » – Aldous Huxley

Kim Dotcom, Rickard Falkvinge (Parti Pirate Suédois ou PPS), Julian Assange ou encore Dmytro Golubov (UIP ou Ukrainian Internet Party), Internet sort de l’ombre pour s’inscrire en politique. C’est le cas en France et en Suède avec le Parti Pirate (tous d’eux adhérents au PPI, Parti Pirate International) mais également en Ukraine avec le Parti Ukrainien de l’Internet où son illustre représentant, Darth Vader, hantait déjà la place de l’Indépendance lors des manifestations d’opposition au pouvoir pro-russe du président Viktor Ianoukovitch, avant de faire son coming out politique et se porter candidat UIP à la présidentielle du 25 mai.

Premier Parti Pirate à avoir vu le jour (quoique Dmytro Golubov, le fondateur du UIP, revendique aussi cette paternité), le PP suédois devint en 2009 la troisième force politique de son pays en nombre d’adhérents à la faveur du procès médiatique de The Pirate Bay*. Il compte aujourd’hui deux députés européens dans ses rangs.
Julian Assange s’est lancé en politique dans sa patrie d’origine, l’Australie, en juillet 2013, avec le Wikileaks Party pour un résultat dès plus cinglant et déprimant. Quant à Kim Dotcom, il est entré dans l’arène politique en fondant le Parti de l’Internet sur les terres maoris. Son dessein politique est encore inconnu…

En marge des élections européennes, nous nous sommes intéressés à ces nouveaux partis de l’Internet. Que proposent-ils, un internet plus sûr, plus libre et accessible à tous ou une refonte de la société telle que nous la connaissons ? Nous avons choisi de vous présenter ces partis. Et en sus, élections européennes obligent, celui en lice en France : le Parti Pirate français (PPFR) avec l’interview de deux de ces membres, qui détaillent pour nous quelques points de leur programme.

Sommaire
1. Les partis de l’Internet : présentation et généralités
2. Du deep web à l’arène politique : Julian Assange & Kim Dotcom
3. Parti Ukrainien de l’Internet : Dark Vador, président !
4. Le Parti Pirate suédois, la genèse
5. Le Parti Pirate français, entretien avec Jérôme Leignadier-Paradon et Éric Mahuet
6. Conclusion : Seulement des partis de l’internet ?