Piratage : l’ALPA contredit en partie sa propre étude

Business

Par Jerome Durel le

Nouvelle étude de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) – qui représente les principales majors du cinéma français – publiée mercredi 2 juillet, elle s’intéresse aux pratiques de piratage des Français. Réalisée avec l’aide de l’institut Médiamétrie et de TMG (qui inspecte les réseaux P2P), elle examine notamment la fréquentation des plateformes de […]

Nouvelle étude de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) – qui représente les principales majors du cinéma français – publiée mercredi 2 juillet, elle s’intéresse aux pratiques de piratage des Français.

impact-hadopi-alpa

Réalisée avec l’aide de l’institut Médiamétrie et de TMG (qui inspecte les réseaux P2P), elle examine notamment la fréquentation des plateformes de téléchargements, en P2P, en DDL et en streaming. Sont exclues les plateformes majoritairement légales – comme YouTube ou Dailymotion – et Usenet.

Premières constatations au vu des divers graphiques, il semblerait tout de même que la tendance soit à la baisse, sur la plupart des protocoles. Il y a d’ailleurs eu un changement drastique à la suite de la mise en place de la riposte graduée. Entre janvier 2011 et janvier 2012, nous sommes ainsi passés d’environ 6,7 millions de “mises à disposition illicites” (comprendre flagrant délit de piratage), à environ 2 millions. Un changement non négligeable qui tend à se stabiliser les années suivantes.

ddl

La courbe du téléchargement direct est particulièrement hachée, on peut donc considérer que celle-ci est stable et que la fermeture de MegaUpload n’a qu’un impact assez faible sur la pratique. Les vidéos en streaming ont quant à elles sensiblement baissé avec environ 43 millions de vidéos regardées en juillet, contre 14 millions en décembre 2013. Bref, trois graphiques, qui semblent donc indiquer que la tendance globale est à la baisse sur le total de la période observée, quand bien même elle aurait pu être plus franche récemment.

Mais il y a un dernier graphique. Celui de “l’audience des sites dédiés à la contrefaçon audiovisuelle“. Médiamétrie relève ici une augmentation de 15,8% par rapport à 2009, à 13,2 millions de consultations uniques sur un mois, ou 28,7% des internautes. Il n’en faut pas plus pour que l’ALPA arrive à cette conclusion :

Ces chiffres éclairent d’une lumière crue l’importance du téléchargement illicite en France.

Elle ajoute au passage que le piratage des films et séries

[met] en péril l’ensemble du financement de la création audiovisuelle.

Des conclusions assez manichéennes au regard de l’étude prise dans sa globalité. D’autant plus que, comme le note très justement NextINpact, entre 2009 et 2013, le nombre d’abonnés (comprendre de foyers et non d’internautes) haut débit est passé de 18 à 24 millions, soit 30% de plus. Les conclusions de l’ALPA sont donc à mettre en perspective.

audience