Obama veut un internet plus rapide et moins cher aux États-Unis

culture geek

Par Elodie le

Le président Obama souhaite proposer une alternative à l’offre Internet haut-débit trustée par les géants des télécommunications et rendre l’Internet proposé actuellement plus rapide et moins cher en offrant la possibilité aux municipalités qui le désirent de construire leur propre Internet public.

obama_internet_rapide_pas_cher

En novembre dernier, le président US prenait position pour protéger la neutralité du net et consacrer « un Internet ouvert, accessible et libre », alors que le débat fait rage entre la FCC (soutenu par les FAI) et les acteurs du web. Il estimait d’ailleurs qu’Internet devait être considéré comme un « service public ».

Aujourd’hui il franchit donc une étape en ce sens. Le président souhaite que l’ensemble des Américains puissent avoir accès à un internet rapide (haut débit) et moins cher que ce qui est proposé actuellement dans le pays. En effet, il estime que le choix et la concurrence font défaut sur le segment du haut-débit aux États-Unis.

Selon le Washington Post, mercredi 14 janvier Barack Obama va donc dévoiler un ensemble de mesures visant à démocratiser l’accès à un Internet haut débit et moins cher. Par exemple en axant l’effort sur les villes qui souhaitent développer leur propre Internet municipal sans passer par les géants des télécoms que sont Verizon, Comcast ou AT&T. Un internet public en somme.

À cette fin, le président va écrire à la FCC pour l’exhorter à « neutraliser » certaines législations édictées par les États qui protègent un peu trop bien les géants des télécoms contre les petites villes qui désireraient construire leur propre solution haut-débit.

Ces mêmes villes qui se sentent abandonnées par les FAI qui ne jugent pas nécessaire d’améliorer le réseau existant. La balance entre les coûts et les avantages n’étant pas en leur faveur, il n’est pas rentable pour eux de construire de nouvelles infrastructures, nombre d’habitants de petites ou moyennes villes jugent pourtant leur connexion insatisfaisante. Le même constat pourrait être fait en France où la fibre est déployée dans certaines quand d’autres attendent encore d’être connectées.

Barack Obama et Tom Wheeler, président de la FCC, le 1er mai à la Maison Blanche - crédits Mark Wilson/Getty Images)
Barack Obama et Tom Wheeler, président de la FCC, le 1er mai à la Maison Blanche – crédits Mark Wilson/Getty Images)

Plusieurs villes, comme Cedar Falls dans l’Iowa (où Obama va prononcer son discours), n’ont eu d’autres choix que de créer leur propre service public concurrent comme alternative face au manque d’investissement des grandes compagnies du secteur.
Les organismes fédéraux ont notamment reçus pour consigne d’élargir leurs prêts et subventions à destination de ce type de projet et des FAI locaux.

« Lorsque plusieurs entreprises sont en concurrence sur le marché du haut débit, cela signifie des prix plus bas », a estimé Jeff Zients, directeur du Conseil économique national de la présidence Obama (qui coordonne la politique économique américaine).
« Le haut débit n’est plus un luxe, c’est une nécessité », a-t-il poursuivi comme en écho aux déclarations d’Obama de novembre dernier.

Même si les intentions du président sont louables rien ne dit qu’elles seront mises en place. Ne serait-ce que du côté de la FCC. D’une part, le président Obama a déjà écrit une première fois au président de la Commission, Tom Wheeler, en novembre dernier lui demandant de faire respecter la neutralité du net auprès des fournisseurs d’accès. Et pourtant, rien n’est moins sur, puisque la justice américaine avait estimé en janvier 2014 que la FCC n’avait pas autorité pour faire cela.

Mais surtout, d’autre part, une bataille juridique ca s’engager afin de déterminer si le Congrès a donné les prérogatives suffisantes à la FCC pour intervenir sur des lois édictées par les États, ce que les Républicains de la Commission Fédérale des Communications (FCC) contestent, comme le souligne le Washington Post. Ces mêmes Républicains qui ne souhaitent pas que la FCC imposent des règles aux FAI car cela contreviendrait au libre fonctionnement du marché.

Source: Source