Tidal : l’échec

Business

Par Pierre le

Il y a trois semaine, Jay-Z était tout fier de nous présenter Tidal, sa plate-forme musicale censée concurrencer Spotify, Deezer and co. Mais aujourd’hui, Jay-Z doit se rendre à l’évidence : sa plate-forme est un échec retentissant.

ir

Pourtant, les choses s’annonçaient bien au départ. Dans les deux premières semaines de son exploitation, Tidal était dans le top 20 des applications les plus téléchargées sur l’Apple Store. Mais aujourd’hui, elle n’est même plus dans le top 700. De plus, les concurrents directs de Tidal, à savoir Spotify et Pandora, restent toujours dans le top 20 aux Etats-Unis.

Une dégringolade spectaculaire. Si le battement médiatique a permis à l’application d’être parmi les plus téléchargées au départ, l’intérêt est vite retombé. De même, Tidal se voulait une plate-forme équitable, permettant aux artistes de gagner de l’argent sur le streaming. Néanmoins, faire passer Jay-Z, Madonna, Daft Punk ou Micky Minaj comme des pauvres petits artistes sans le sou persécutés par Spotify and co, ce n’était peut-être pas l’idée du siècle niveau com’.

Andy Chen, le PDG de Tidal, a été viré après ce lancement foireux. Il a été remplacé par Peter Tonstad, qui a maintenant la lourde tâche de redresser Tidal avant qu’il ne soit trop tard. L’application de Jay-Z arrivera-t-elle à sortir la tête de l’eau ?

Pauvre Jay-Z…

giphy