[Un an après] Les six volontaires de la simulation de vie sur Mars regagnent la civilisation

Espace

Par Alyo le

Le dimanche 28 août a signé la fin de l’isolement pour les six volontaires qui avaient accepté de vivre reclus pendant un an. Dans le cadre du programme Hawaii Space Exploration Analog and Simulation (HI-SEAS) de la NASA, ces trois hommes et trois femmes se sont portés volontaires pour simuler la vie sur Mars. Un an après leur enfermement, leur mission s’achève.

HI-SEAS

Les six experts qui ont pris part à la simulation de vie sur Mars ont enfin pu sortir de leur isolement hawaïen. Deux scientifiques, un exobiologiste, un architecte, un ingénieur et un pilote constituent l’équipage de la mission qui vient de s’achever. Quatre Américains, une Allemande et un Français ont eu à vivre confinés sur une île, enfermés, et autorisés à sortir uniquement avec une combinaison spatiale, pour ramener des éléments qui pourraient permettre d’évaluer la capacité de l’Homme à vivre sur Mars.

« Le plus grand ennemi, c’est l’ennui« 

Le Français Cyprien Verseux (qu’on avait interviewé avant son départ) a admis lors d’une interview qu’il est très heureux d’avoir participé à la mission, mais davantage de retrouver l’air frais. La monotonie a été la chose la plus difficile à vivre pour ces six volontaires, qui n’avaient aucune notion de ce qu’il se passait en dehors de leur bulle, dans la mesure où les décors environnants étaient désertiques. L’exobiologique a déclaré que la mission est relativement réaliste et qu’envoyer des gens sur Mars peut être réalisable dans le futur, ce qui devrait conforter la NASA qui envisage de le faire d’ici 2030.

L’ennui est l’argument qui est le plus revenu lors des interviews accordées par les membres de l’équipage, qui conseille d’apporter de quoi lire ou de quoi travailler pour tuer le temps.

Les détails de la mission ne seront pas révélés

Les six volontaires ont eu à cohabiter pour que la NASA soit en mesure d’étudier les évolutions psychologiques liées à l’enfermement. Ils ont été filmés pendant tout le temps qu’a duré leur mission. Les images ne seront malheureusement pas rendues publiques.

Le programme HI-SEAS cherche déjà de nouvelles recrues pour une autre mission qui devrait démarrer en janvier 2017.