Le cœur de Pluton livre ses secrets

Science

Par Pierre le

Le 14 juillet 2015, la sonde New Horizons prenait la première vraie photo de Pluton. une photo qui a fait le tour du système solaire (littéralement) et qui a intrigué. A la surprise générale, Pluton arborait un cœur sur son hémisphère sud. Un cœur qui livre maintenant ses secrets.

ico2x19pe1ab3gfiqjhu

Un cœur de glace

Nommée Tombaugh, cette région a agité le monde scientifique depuis sa découverte. Composée de glace d’azote, le cœur intrigue. Les scientifiques cherchent à savoir comment cette formation, qui a moins de 100 millions d’années, a pu voir le jour à cet endroit précis.

Deux chercheurs français du CNRS ont publié leurs conclusions dans la revue Nature. Ils pensent avoir percé le mystère de cette formation. Pour comprendre cette formation, ils ont mis au point un modèle virtuel capable de simuler les cycles présents sur Pluton, puis les ont comparés aux données de la NASA. Et les deux modèles s’assemblent parfaitement.

La formation de glace d’azote dans cette région précise est due à plusieurs facteurs. Le premier provient de l’insolation de la planète naine, c’est à dire son exposition au soleil. Le second provient de l’altitude de la plaine (nommée Sputnik), bien en deçà des autres régions. Une altitude plus faible du plateau qui contribue à créer une pression atmosphérique beaucoup plus forte ainsi qu’une température plus froide. Avec toutes ces conditions, la glace d’azote se piège dans le bassin, formant ce cœur.

cph47lyrbchrzcavmesl

Le cœur de Pluton bât

Un cœur intéressant car il sera amené à évoluer avec le temps. En effet, le cœur, où plutôt la glace d’azote qui la compose, évolue au fil des saisons. La moitié du glacier est amené à se réduire, étant donné que ce sont des glaces saisonnières. Notons que le glacier en lui même, qui représente la moitié du cœur de Pluton, ne change pas avec les saisons..

Les glaces qui se rétractent puis reprennent leur droit grignotent les montages aux alentours sur des centaines de kilomètres. Le cœur bat donc au rythme des saisons, ce qui le rend encore plus intéressant à étudier pour les scientifiques.

pd6et8zlsw3bhmm7bvuk

Les scientifiques indiquent que les connaissances concernant le cœur n’ont pas fondamentalement changé, néanmoins, on sait maintenant comment il s’est formé et surtout comment il évolue avec le temps.

Il ne reste plus qu’à aller vérifier sur place, mais ça, c’est pas pour demain…

Source: Source