[Impressions] On a passé 10 minutes en réalité virtuelle dans les bottes de Batman

Par Gaël Weiss le

À quelques jours de la sortie du PlayStation VR en France (et dans le monde), Sony nous a proposé de tester Batman : Arkham VR. Une démo de quelques minutes, certes, mais une démo avant tout très convaincante quant aux possibilités offertes par le casque de réalité virtuelle de la PS4.

batman-arkham-vr-1

Bon d’accord, cette démo de Batman : Arkham VR proposée par Sony ne devait pas durer plus de 10 minutes, le temps de terminer deux saynètes bien calibrées. C’était d’ailleurs celle montrée lors du dernier E3 et de la dernière gamescom. Mais je dois bien admettre que c’est une excellente vitrine des possibilités offertes par le PS VR, le casque de réalité virtuelle de Sony qui sortira au milieu du mois prochain.

Littéralement dans la peau de Bruce Wayne

La première séquence était la plus passive. Dans la peau de Bruce Wayne, le joueur doit enclencher quelques touches de piano pour entrer dans la batcave. S’en suit une impressionnante descente en ascenseur où, équipé de deux PS Move, le joueur doit enfiler ses gants, mettre son masque, activer son armure et tester ses gadgets. L’interactivité est minimum – on appuie sur des interrupteurs pour s’habiller automatiquement – mais l’immersion procurée par la mise en scène est particulièrement réussie.

batman-arkham-vr-2

Difficile en effet de ne pas se sentir Batman en accrochant soi-même un batarang à sa ceinture ou en testant son grappin (en appuyant sur la gâchette du PS Move) sur des cibles fictives. La sensation de vertige procurée par la descente en ascenseur dans la batcave est physiquement déstabilisante tant la sensation de perte de repère est forte. Le fait de pouvoir voir ses mains en temps réels en bougeant les PS Move renforce aussi énormément l’immersion.

Batman : l’enquête

La seconde démo était bien plus interactive. Il s’agissait ici de reconstituer une scène de crime. Là encore, l’environnement est très confiné : on se retrouve dans une petite ruelle glauque typique de Gotham City avec un cadavre étalé à ses pieds. Le but est de comprendre ce qu’il s’est passé. Pour ce faire, on dégaine son analyseur (en prenant soin de le détacher du holster, sur sa cuisse) et on attend que ses bat-outils fassent une reconstitution de la scène.

Au joueur alors de faire défiler devant ses yeux le film des événements : ici il fallait découvrir comment la victime, Nightwing, pourtant experte en arts martiaux, s’était retrouvée avec le cou brisé. Devant ses yeux se rejoue alors le spectaculaire combat contre son mystérieux adversaire. Un combat que l’on met en pause à certains moments pour savoir quel type de coup a été porté et comment la victime a été défaite.

Dans la seconde démo, il s'agit de comprendre comment est mort Nightwing
Dans la seconde démo, il s’agit de comprendre comment est mort Nightwing

Plus interactive, certes, mais le gameplay était là encore réduit à son strict minimum. Cette reconstitution est surtout l’occasion pour les développeurs de Rocksteady de nous plonger dans une ambiance et de contempler de jolis décors et une belle scène de baston. C’est tout juste si l’on bouge les PS Move pour avancer ou reculer dans un film en 3D ou analyser un petit bout de mur pour trouver des empreintes digitales. Si l’on possède bien des batarangs à sa ceinture, ce ne sera pour des scènes de shoot, m’a expliqué le développeur.

Une jolie démo… que l’on ne refera sûrement pas trois fois de suite

Que l’on s’entende bien : ces séquences contemplatives ne sont franchement pas désagréables à « jouer ». D’autant plus que les graphismes sont assez soignés, malgré la présence persistante de l’aliasing et d’une finesse des graphismes toute relative. Je soupçonne d’ailleurs que la grande majorité des séquences d’enquêtes – car il s’agira avant tout d’un jeu d’enquête – de Batman : Arkham VR se dérouleront dans des endroits confinés afin de mieux focaliser son attention sur des objets proches, qu’éviteront de se concentrer sur des environnements qu’on devine difficiles à gérer pour la PS4.

Le problème, finalement, avec Batman : Arkham VR, c’est qu’il donne l’impression d’être pour l’instant une simple démo. Oh, sûrement une bonne démo, immersive et intéressante sur le moment. Mais une démo que l’on essayera une fois, que l’on fera tester à ses amis et qu’on rangera sûrement au fond de sa collection en attendant de trouver quelque chose de plus consistant. J’espère sincèrement me tromper. Réponse le 13 octobre prochain, avec la sortie du jeu.

stopwatch 3 min.