La CIA déclassifie 12 millions de documents, opérations secrètes et signes d’OVNI compris

Sur le web

Par Elodie le

Vous voulez connaitre les discussions sur l’assassinat de Fidel Castro, celles concernant d’éventuels signes d’apparition d’Ovnis ou lire quelques documents sur les opérations secrètes de la CIA depuis sa création ? Rendez-vous sur le moteur de recherche ouvert par la CIA pour parcourir les 12 millions de documents déclassifiés mis en ligne.

C’est toute une page de l’histoire secrète de la CIA qui est aujourd’hui révélée. Autrefois disponibles sur quatre ordinateurs confinés dans une salle du centre des archives du Maryland, la NARA (pour National Archives Records Administration), 12 millions de documents déclassifiés viennent d’être mis en ligne par la CIA via un moteur de recherche baptisé CREST (CIA Records Search Tool).

Une première, tant la CIA a toujours rechigné à lever le voile sur sa cuisine interne. Pourtant, depuis 1995 et la signature d’un décret de déclassification signé de la main de Bill Clinton, la CIA est tenue de publier ses archives datant de plus de 25 ans. Ce qu’elle a fait sur quatre ordinateurs accessibles à tous, certes (enfin surtout à ceux faisant le déplacement), mais à des horaires très restreints.

50 ans d’histoire secrète de la CIA

Désormais, cette base de données est accessible par n’importe quel internaute assez téméraire pour naviguer entre les 900 000 entrées possibles et les millions de documents proposés couvrant une période s’étalant de 1940 à 1990.

De la Guerre Froide, aux relations avec Cuba, à la guerre du Vietnam et les velléités de renversements des gouvernements chilien et iranien, en passant par les crimes de guerre nazis ou le programme Stargate (pas de porte des étoiles, désolée) sur la télépathie et la prémonition ou encore les signes d’apparition d’OVNI, ces documents, mémos, photos et bulletins internes passent en revue des années de conflits et d’opérations clandestines.

Une démarche de transparence récente

Une entreprise de déclassification qui résulte de l’affaire MuckRock de 2014. Sur la base du Freedom of Information Act (FOIA), MuckRock, une organisation à but non lucratif, avait poursuivi la CIA pour rendre véritablement accessible cette base de données « techniquement ouverte au public », mais encore « largement inaccessible au plus grand nombre ».

Depuis, la CIA s’est régulièrement pliée à l’exercice. En 2016, elle avait déclassifié nombre de documents sur les OVNIS et livré un live tweet du raid contre Ben Laden.

Bien évidemment, si la transparence prime désormais, les éléments les plus sensibles ont été expurgés avant publication.