Google signe (enfin) l’arrêt de mort du CAPTCHA

Android

Par Jules le

Le traditionnel (et un brin agaçant) CAPTCHA va laisser sa place à un système de vérification plus discret et bien moins contraignant.

google_captcha

« C’est un O ou un 0 ? Je n’arrive pas à savoir si c’est un ‘i’ majuscule ou un ‘l’ minuscule ? Tu vois un F ou un E ? Ces questions, beaucoup se les sont posées face au Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Human Apart. Si ce nom ne vous dit rien, vous avez pourtant déjà eu affaire à ce qu’il représente puisqu’il s’agit des fenêtres de texte qui permettent de savoir si un utilisateur est un humain ou un robot, plus connues sous l’acronyme CAPTCHA.

CAPTCHA, petit ange parti trop tard

Mais cette époque marquée par le doute va tirer à sa fin. Google a fait savoir que les braves internautes que nous sommes n’auront plus besoin, dans un avenir proche, de prouver leur humanité à l’aide de cette méthode contraignante. En effet, la firme de Mountain View qui avait acheté le système ReCAPTCHA en 2009, avant de remplacer la fenêtre de texte par la checkbox « Je ne suis pas un robot », mise sur le CAPTCHA Invisible. Ce nouveau procédé permet de différencier un robot d’un humain, en analysant simplement le comportement de navigation.

Pour développer le CAPTCHA Invisible, Google s’est appuyé sur l’apprentissage des machines, en plus de diverses analyses avancées des nouveaux risques. Il faut dire que de les logiciels capable de lire les textes tout aussi bien que certains humains sont de plus en plus nombreux. Malgré cette avancée, une question demeure : pourquoi Google continue-t-il d’améliorer le CAPTCHA ?

Si l’on en croit Shuman Ghosemajumder, ancien employé de Google interrogé par le site Popular Science, la firme de Mountain View « pense que ce qui est bon pour Internet, l’est aussi pour Google». Rendre le CAPTCHA Invisible permet «d’améliorer l’expérience des utilisateurs sur le web ».Après tout, des internautes moins contrariés sont des internautes heureux, et qui par conséquent, se connectent plus souvent. Et qui achètent potentiellement plus.

Source: Source