Les États-Unis interdisent les tablettes, ordinateurs portables et consoles de jeu sur les vols en provenance du Moyen-Orient

Business

Par Gaël Weiss le

En raison de risques d’attentats terroristes élevés, les autorités américaines ont exigé de neuf compagnies aériennes en provenance de huit pays du Moyen-Orient d’interdire à leurs passagers d’embarquer avec des appareils électroniques plus gros qu’un téléphone portable.

Un avion de la compagnie Emirates. Crédit image : Alex Steffler.

Une cinquantaine de vols quotidiens en direction des États-Unis concernés

Selon les représentants du département de la sécurité intérieure, cette mesure est destinée à combler des contrôles de sécurité qui ne seraient pas suffisants dans plusieurs aéroports du Moyen-Orient. Les États-Unis ont donc demandé à neuf compagnies aériennes (Royal Jordanian, EgyptAir, Turkish Airlines, Saudi Airlines, Kuwait Airways, Royal Air Maroc, Qatar Airways, Emirates et Etihad Airways) d’interdire à leurs passagers d’emmener en cabine des appareils électroniques plus gros qu’un smartphone. Sont donc concernés les ordinateurs portables, les liseuses électroniques, les consoles de jeux portables, les tablettes ou encore les appareils photo.

Cette décision, qui prend effet dès aujourd’hui, se limite pour l’instant aux vols, dont le départ à lieu dans 10 aéroports internationaux que sont Amman (Jordanie), Le Caire (Égypte), Istanbul (Turquie), Jeddah (Arabie saoudite), Riad (Arabie saoudite), Koweït, Doha (Qatar), Dubaï (Émirats arabes unis), Abou Dhabi (Émirats arabes unis) et Casablanca (Maroc). Cela concernerait quotidiennement près de 50 vols en direction des États-Unis.

Une décision étrange

Selon les informations du New York Times, les autorités américaines justifient cette décision par des rapports provenant des services secrets, qui affirment que de nouvelles menaces d’attaques terroristes sont imminentes. Une décision étrange a plus d’un titre. D’une part, les experts en sécurité aéronautique déconseillent généralement de laisser des appareils avec des batteries dans la soute. Cela peut provoquer de potentiels incendies dans un endroit inaccessible.

Il est également étonnant de voir des pays comme les Émirats arabes unis être mis sur cette liste. L’aéroport de Dubaï, par exemple, possède des guichets de contrôle des frontières américains, qui scannent de façon stricte les visas et passeports des passagers à destination des États-Unis. Un contrôle supplémentaire qui n’a visiblement pas été pris en compte par l’administration américaine et qui laisse de nombreux observateurs penser qu’il s’agit d’une décision des équipes de Trump venant renforcer les premières interdictions de territoires visant les pays du Moyen-Orient.

Source: Source