VTC : Uber continue de perdre (beaucoup) d’argent, mais ne s’inquiète pas

Android

Par Henri le

Uber a beau connaitre un beau succès au niveau de ses utilisateurs, l’entreprise ne cesse de perdre de l’argent. Et les problèmes qu’elle traverse pourraient aggraver la situation.

Uber s’est aujourd’hui implanté dans de nombreux pays, et connait une croissance importance de sa clientèle. Pourtant, les pertes semblent s’aggraver d’année en année. Étant donné qu’elle n’est pas cotée en Bourse, elle n’est pas obligée de les dévoiler. Mais des journalistes de Bloomberg ont réussi à mettre la main dessus.

Des pertes massives

En 2016, l’entreprise a enregistré 2,8 milliards de dollars de pertes. C’est plus qu’en 2015, où elle avait déjà perdu 2 milliards de dollars. Elle arrive malgré tout à clôturer un chiffre d’affaires à hauteur de 6,5 milliards cette année. En effet, le groupe situé à San Francisco a annoncé que son nombre de courses avait plus que doublé lors de ces 12 derniers mois.

Ces chiffres peuvent paraître effrayants, mais le groupe peut s’appuyer sur les sommes cumulées grâce à ses impressionnantes levées de fonds. Il est d’ailleurs aujourd’hui valorisé à 70 milliards de dollars. Uber a également fusionné ses activités en chine avec Didi Chuxing, son principal rival.

Une cession déjà valorisée à 35 milliards de dollars. Il dispose donc d’une forme de sécurité financière, qui lui permet de continuer à communiquer sur son expansion plutôt que sur ses pertes sèches. Rachel Holt, qui dirige les activités d’Uber aux États-Unis s’est ainsi montré confiante devant l’AFP.

Nous sommes heureux d’avoir une activité saine et en expansion ce qui nous donne la marge de manœuvre requise pour réaliser les changements que nous savons nécessaire en matière de direction et de gouvernance et en ce qui concerne notre culture, notre organisation et nos relations avec nos chauffeurs.

Une nouvelle qui arrive après l’évocation de plusieurs problèmes comme la démission de plusieurs hauts dirigeants, de l’altercation de Trevor Kalanick (fondateur de l’application) avec un chauffeur ou d’une récente accusation de harcèlement sexuel. L’entreprise devrait donc faire plus attention à ce genre de sorties de route.