Fracture numérique : La ville toujours opposée à la campagne

Sur le web

Par Henri le

Les données de l’ARCEP, qui régule les télécoms, sont un bon moyen de comprendre comment la France avance en termes de couverture Internet.

Internet se développe bien en France, mais pas de manière égale sur tout le territoire. Les derniers chiffres du baromètre ZoneADSL nous indiquent que la fracture numérique se résorbe, puisque 97,2 % des foyers sont désormais reliés à Internet. Mais que se cache vraiment derrière ce chiffre ?

L’utilisation plus intensive d’internet nécessite du très haut débit, c’est-à-dire une connexion descendante de minimum 30 Mbits/s. Pourtant, moins de la moitié des Français, 43,8 % plus précisément, y sont éligibles. La fibre optique, qui offre une connexion supérieure à 100 Mbits/s est pour l’instant un privilège partagé par seulement 12,2 % des foyers.

La région parisienne toujours bien lotie

Les Franciliens sont évidemment les mieux lotis puisque le trio de tête de classement comprend la ville de Paris, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. Les cinquième et sixième places sont respectivement tenues par les Yvelines et la Seine-Saint-Denis.
Cependant la région Alsace ainsi que le Bas-Rhin on fait de gros efforts puisqu’elles tiennent aujourd’hui la 4e et 7e place.

Comme souvent, les départements mieux équipés sont tiré vers le haut pas une métropole. C’est donc sans grande surprise que la ruralité se retrouve dans le bas du classement. Ainsi, l’Yonne, le Lot ou la Creuse ont de moins bonnes places. Pourtant, on trouve malgré tout quelques aberrations. Les Bouches-du-Rhône sont par exemple le département où le très haut débit est le plus rare, malgré la présence de nos amis phocéens qui occupent tout de même la deuxième ville de France.

Un classement en dent de scie

Le reste de la sélection est effectué en fonction de la taille des villes, avec d’un côté les agglomérations de plus 100 000 habitants et de l’autre celles qui comptent entre 10 000 et 100 000 habitants. Sans surprise, 90 % des 30 premières villes françaises sont concernées par le très haut débit.

Le classement étonne tout de même lorsque l’on constate que Boulogne-Billancourt (116 000 habitants) est classée première, tandis qu’une ville comme Toulouse (466 000 habitants et quatrième ville de France) occupe la trentième place. Il reste donc quelques défis à relever pour que le haut débit traverse toutes nos régions.

Bon, elle est comment votre connexion vous ?