En Californie, les drones livreurs de cannabis, c’est fini

drone

Par Mathieu le

Dès 1996, l’État de Californie introduit la marijuana médicale et devient un pionnier en ce qui concerne la consommation de cette drogue douce. L’année dernière, un référendum légalisant l’usage récréatif du cannabis est a été adopté. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’on peut faire tout et n’importe quoi. Ainsi, le Bureau californien du Cannabis vient officiellement d’interdire “l’utilisation de drones afin de livrer de la drogue à d’éventuels clients”. C’est en tout cas le libellé exact qui a été diffusé afin de prévenir l’ensemble des revendeurs de l’État.

Les drones, c’est vraiment non

En effet, depuis plusieurs mois, de nombreux drones survolent les villes californiennes avec à l’intérieur de leurs petits paquets, des quantités limitées de cannabis à destination de clients privilégiés. Cela ne plait clairement pas aux autorités qui expliquent que “faire circuler de la drogue douce à la vue de tous n’est pas une bonne chose” . Ainsi, les produits devront désormais être transportés à l’intérieur de véhicules utilitaires ou de remorques. Il est même précisé qu’il est interdit de faire circuler du cannabis “via des avions, bateaux, chemin de fer, drones, véhicules à propulsion humaine ou l’ensemble des véhicules sans pilote” .

On peut également lire :

Les livraisons devront désormais être effectuées par une personne dans un véhicule à moteur disposant de suffisamment de fermetures. Lors des livraisons, le cannabis ne devra pas être visible par le public et ne devra pas être laissé sans surveillance à moins que le véhicule soit équipé d’un système d’alarme actif. L’ensemble des véhicules qui livreront le cannabis devra disposer d’un appareil GPS dédié et actif pour identifier rapidement l’emplacement géographique du véhicule lors de la vente.

Cette loi a été mise à exécution dès sa diffusion. Les drones n’ont donc officiellement plus le droit de livrer de la drogue douce. Reste à savoir quelles seront les peines encourues en cas de désobéissance puisqu’aucun chapitre n’en fait allusion.

Source: Source