La veste connectée de Levi’s et Google est disponible, mais il ne sera pas possible de la laver plus de 10 fois

Gadget

Par Gaël Weiss le

Il aura fallu près de deux ans à Google et Levi’s pour la mettre au point, mais c’est fait, le Projet Jacquard est désormais commercialisé aux États-Unis. Cette veste connectée peut être achetée 350 dollars. Le site officiel vient également de dévoiler les dernières informations et limitations à son sujet.

Google et Levi’s ont donc bien tenu leur promesse : leur veste connectée issue du Projet Jacquard est désormais disponible dans quelques boutiques américaines de Levi’s et sera commercialisée sur son site officiel (américain) dès le 2 octobre prochain. Vendue 350 dollars, elle n’est pas franchement donnée. Mais c’est le prix de sa connectivité, sa manche gauche étant parcourue de divers fils conducteurs et capteurs permettant de contrôler quelques applications sur son smartphone en la touchant ou en la tapotant.

Une veste que l’on ne peut laver que 10 fois. Mais est-ce grave ?

La mise en ligne du site officiel a également permis d’en apprendre un peu plus sur un point important du vêtement : sa capacité à être lavée. On apprend ainsi « que la veste est conçue pour résister jusqu’à 10 lavages en machine, avec le module Jacquard ôté ». En d’autres termes, passé ces 10 lavages, Levi’s ne garantit plus que la veste sera encore connectée et tactile. Mais elle pourra toujours être portée en tant que simple vêtement. Pas question non plus de la nettoyer à sec, les solvants utilisés pourraient en effet endommager les circuits et fils de la veste.

Pour le PDG de Levi’s — comme pour les connaisseurs de vrais jeans — les jeans et par extension les vestes en jean se lavent le moins souvent possible. En 2014, Chip Bergh, le PDG de Levi’s avait fait scandale en affirmant que le jean qu’il portait n’avait pas vu de machine à laver depuis un an. Sans aller à de telles extrémités, en lavant deux ou trois fois cette veste par an, il est possible de maintenir sa connectivité pour quelques années. Ce qui n’est pas forcément mauvais pour un produit précurseur dans son genre.