Monétiser un monde ouvert, ou quand un ex-développeur revient sur la stratégie d’EA en matière de microtransactions

Jeux-Video

Par Jules le

La récente fermeture de Visceral Games par Electronic Arts a délié quelques langues. Manveer Heir, ex-développeur pour le compte de BioWare, est revenu sur la stratégie mise en place par EA, et les gros éditeurs en général, afin de monétiser les jeux sur le long terme.

La semaine dernière, le projet Star Wars de Visceral Games connaissait un changement inattendu. En effet, Electronics Arts récupérait le bébé sur le corps encore chaud de Visceral Games, pour le confier à EA Vancouver. La raison ? La direction prise par le jeu, jugée trop linéaire, trop narrative. Bref, un état trop en inadéquation avec la stratégie actuelle de l’éditeur américain, qui préfère miser sur les “jeux-services”.

“Ils se foutent de ce que veulent les joueurs”

Une stratégie que dénonce Manveer Heir au micro du podcast Waypoint. Cet ex-développeur de BioWare Montréal, qui a travaillé sur Mass Effect 3 et Mass Effect Andromeda explique que la nouvelle direction choisie par EA pour le projet Star Wars n’a rien de surprenant.

“C’est quelque chose de propre à EA. Ils poussent toujours pour plus de jeux en monde ouvert, car la monétisation y est plus avantageuse.”

Manveer Heir en veut pour preuve l’augmentation drastique du nombre de microtransactions dans les titres récents. Des micropaiements qui peuvent même impacter le jeu solo (La Terre du Milieu : l’Ombre de la Guerre, ce sont tes lootbox que l’on regarde).

S’il conçoit que les AAA coûtent de plus en plus cher à développer, et sont donc plus compliqués à rentabiliser, Manveer Heir ajoute que “EA et les gros éditeurs en général ne se soucient que du retour sur investissement. Ils s’en foutent de ce que veulent les joueurs, ils voient uniquement ce que les joueurs sont prêts à payer.”

Des déclarations qui résonnent avec la récente grogne autour d’un brevet d’Activision qui présente plusieurs moyens de multiplier les micropaiements lors de matchmaking.

DLC Quest II : Money Boogaloo

Bien que souvent décriées, les microtransactions restent particulièrement lucratives.

“Vous devez comprendre le montant d’argent qui est en jeu avec les microtransactions, confie Manveer Heir. Je ne peux pas vous communiquer de chiffre précis, mais je peux vous assurer que lorsque le multijoueur de Mass Effect 3 est sorti et que nous avons commencé à vendre des pack de cartes, l’argent qu’on a gagné est la raison pour laquelle Dragon Age : Inquisition a écopé d’un mode multijoueur, tout comme d’autres licences d’Electronic Arts. Nous avons ramené une tonne de fric, on a vu des gens dépenser jusqu’à 15 000 dollars dans ces cartes.”

Pour Manveer Heir, la messe est dite. “Pour EA, le AAA solo et linéaire est mort pour un bon moment.”