Plongée dans de la lave en fusion, la GoPro tourne toujours

Gadget

Par Olivier le

Indéniablement, les GoPro sont des caméras solides et résistantes. Mais on n’imaginait sans doute pas à ce point…

Erick Storm est le guide et le propriétaire de Kilauea EcoGuides, à Hawaii. Il y a un an et demi, il décide de filmer de la lave en fusion avec sa GoPro. Jusque-là, rien que de très normal (bien qu’il ne soit pas anodin de visiter un volcan en activité, mais passons)… jusqu’à ce que l’intrépide aventurier décide de filmer la lave de beaucoup plus près.

Cette caméra met le feu

Quoi de mieux que de glisser la caméra dans une crevasse où la lave est en train de s’infiltrer ! En recouvrant, bien évidemment, la GoPro qui était tout de même protégée par un étui. Mais celui-ci n’a pas tenu le choc bien longtemps face à la chaleur du volcan. Malgré ces conditions dantesques, la caméra a tenu le choc et continué à filmer, on voit même des flammes danser devant l’objectif.

Pour récupérer sa pauvre caméra, Erick a dû utiliser un marteau pour la sortir de son piège de lave. Mieux encore, le Wi-Fi était encore fonctionnel, et la carte SD intacte. C’est pourquoi il a pu sauver le film qu’il a partagé sur YouTube. Le plus incroyable dans cette histoire, c’est que la GoPro fonctionne toujours, mais « pas aussi bien qu’auparavant ». C’est bien le moins…

Ces appareils petits et légers permettent souvent d’enregistrer des moments insolites sur le vif. Ça a été le cas en juin avec ce Canadien attaqué par un ours

Source: Source

7 réponses à “Plongée dans de la lave en fusion, la GoPro tourne toujours”

  1. si on trace une … euh, bon : une LIGNE DROITE entre moi et quelqu’un
    qui habite à plus de 6 heures de vol en surface, et bien cette ligne
    droite traverse des éléments en fusion sous la croute terrestre, voire
    même le noyau, ceci, si compacté par la pression que c’est dur comme du
    caramel dur (mais assez souple pour dériver au fil des années ), c’est
    figé, mais chauffé à blanc éblouissant, de sorte qu’on pourrait se
    croire dans une sorte d’étoile cristallisée… mais non : c’est juste
    notre “banale” planète sur lesquels il y a dessus nos parcelles
    d’habitations avec le P.O.S. et les paperasseries de syndics et d’actes
    notariés… en surface….
    Superposition et juxtaposition de 2 mondes, celui du “banal” et du
    “chiant” à côté de l’invraisemblable réalité qui se trouve simplement
    sous nos pieds…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *