YouTube : La PDG ne voit pas de raison de virer Logan Paul

Sur le web

Par Jules le

Le controversé vidéaste américain, dans la tourmente depuis sa vidéo sur le suicide au Japon et la récente séquence où il tase un rat mort, a récupéré un soutien de poids en la personne de Susan Wojcicki. La tête dirigeante de YouTube estime en effet que Logan Paul ne mérite pas d’être banni de la plateforme d’hébergement vidéo.

“Nous ne pouvons pas simplement retirer les vidéastes de notre plateforme… Ils doivent violer notre politique. Nous devons avoir des règles cohérentes et établies, comme un code juridique. [Logan Paul] n’a rien fait qui lui vaille trois blâmes.” Telle est la réponse de Susan Wojcicki, PDG de YouTube, lorsqu’on lui demande pourquoi Logan Paul n’a pas été banni après ses récentes polémiques.

Taper au portefeuille

Plutôt que de faire une croix sur un créateur de contenu fort de 16 millions d’abonnés, YouTube a préféré démonétiser ses vidéos pour le taper au portefeuille. En effet, entre sa séquence controversée sur le suicide au Japon, son appel aux fans pour qu’ils participent au “Tide pod Challenge” (l’ingestion de capsules de lessive) ou encore sa récente cruauté envers les animaux, Logan Paul a fait fuir les annonceurs qui refusent d’être associés à son nom.

Pour Susan Wojcicki, pas question donc d’exclure Logan Paul de YouTube. Pour rappel, YouTube applique une politique des “trois blâmes”. Si un créateur enfreint à plusieurs reprises la politique de diffusion de YouTube, il peut écoper desdits blâmes et ainsi voir sa chaîne disparaitre.
“Ce que vous trouvez insipide ne l’est pas forcément pour quelqu’un d’autre”, avance Susan Wojcicki. “Nous devons avoir des règles cohérentes afin de pouvoir les appliquer de la même manière à des millions de vidéos et de créateurs.”

Reste que YouTube fait encore face à de nombreuses critiques concernant son supposé favoritisme vis-à-vis des YouTubeurs les plus populaires. Une politique dont se défend Susan Wojcicki : “Nous faisons de notre mieux pour loger tout le monde à la même enseigne.”