La censure frappe Assassin’s Creed Origins et les parties génitales des statues

Jeux Vidéo

Par Mathieu le

Hier, les possesseurs d’Assassin’s Creed Origins ont eu droit à une grosse mise à jour du jeu. Cette version 1.3 apporte un lot de nouveautés intéressantes, dont le fameux New Game+ si cher aux inconditionnels de la saga. Mais s’il y a bien mode de jeu qui a attiré toute l’attention, c’est Discovery Tour.

Sortez vos cahiers et vos PS4

Créé dans un but pédagogique, en partenariat avec des professeurs d’Histoire, ce mode découverte permet en effet aux joueurs de visiter toute la map du jeu en désactivant l’ensemble des pans narratifs et action. Ainsi, il est proposé de visiter 75 endroits différents, tous ayant une histoire sur la culture et la civilisation égyptienne à nous conter (l’Égypte, les Pyramides, la vie du peuple, Alexandrie et bien évidemment les Romains sont autant de sujets abordés). Grâce à des informations précises et aux nombreux détails du jeu, le tout parfois agrémenté de photographies et plans, le joueur en apprend donc plus sur l’ancienne Égypte. Le but étant que cette fonctionnalité soit utilisée, à l’avenir, par des professeurs d’école pour enseigner à leurs élèves.

Malheureusement, Ubisoft a quelque peu censuré certains objets du décor. En ne voulant pas heurter les plus jeunes, le studio en charge du développement a simplement décidé de poser des coquillages sur les seins et les organes génitaux présents sur les nombreuses statues d’Assassin’s Creed Origins. Comme le notent nos confrères de Kotaku, lorsqu’on se rend au Sérapéum d’Alexandrie (un sanctuaire dédié à Sérapis situé à Alexandrie) par exemple, l’ensemble des statues de divinités voient leurs parties génitales être recouvertes d’un coquillage. Même chose en ce qui concerne les poitrines. La censure s’étend également aux photographies et peintures présentées durant le mode découverte.

Prendre en compte les sensibilités culturelles

Dans un communiqué, Ubisoft a expliqué cette démarche :

« Discovery Tour a été créé pour offrir à un maximum de personnes d’âges et horizons culturels différents la possibilité de visiter l’Égypte ancienne et en apprendre davantage sur son histoire. Nous avons travaillé main dans la main avec des éducateurs et des institutions académiques pour adapter le contenu à tous les publics, y compris les plus jeunes, en tenant compte des sensibilités culturelles qui peuvent différer d’un pays à l’autre. »

Ce raisonnement parait compréhensible, notamment lorsqu’on sait comment la nudité est traitée différemment à travers le monde, notamment en Égypte actuelle. Après tout, mieux valent quelques coquillages plutôt que de nombreuses plaintes, aussi insensées soient-elles.