Hourra ! Valve a des jeux de prévus après Artifact

Jeux-Video

Par Henri le

Valve est connu pour délivrer ses informations au compte-goutte. Mais une récente interview de son fondateur a enflammé le coeur des gamers : Valve travaille bien sur de nouveaux jeux vidéo.

Gabe Newell / Crédits : Flickr /Jean-Frederic

Il y a quelques mois de cela, Valve nous présentait Artifact, son nouveau jeu de cartes conçu pour concurrencer Heartstone. Sans être une déception, on peut avouer sans peine que beaucoup de joueurs s’attendaient à autre chose.

Interviewé en marge d’une présentation du jeu, Gabe Newell s’est néanmoins épanchée sur les futurs projets de l’entreprise. Il a en effet confirmé que Valve allait continuer à sortir d’autres titres après Artifact.

“Artifact est le premier d’une liste de plusieurs jeux à venir. Donc c’est plutôt une bonne nouvelle. Hourra ! Valve va enfin refaire des jeux.”

Plusieurs projets en stock

Dans une session de questions/réponses qui s’est déroulée en janvier 2017, Newell avait déjà laissé entendre que le studio travaillait sur au moins un jeu solo. Le mois suivant, lors d’une interview avec PC Gamer, il avait déclaré que Valve sortirait aussi trois “gros jeux” en réalité virtuelle.

Les dernières déclarations ne confirment donc pas s’il s’agit d’un projet différent de ceux déjà évoqués. Bien qu’il n’ait pas voulu en dire plus, il a néanmoins précisé que Valve pouvait désormais se concentrer sur le développement de hardware et de software en même temps.

“La vraie nouveauté, la nouvelle corde que nous avons à notre arc, c’est la possibilité de développer du hardware et du software simultanément.”

 

Une nouveau champs d’expertise

Mais le temps passé, notamment sur le HTC Vive, n’a pas servi à rien. Il a ainsi expliqué que la nouvelle expertise technique de la firme leur avait permis d’élargir leur puissance de travail.

“La chose positive en ce qui concerne le Vive, en plus de s’assurer que personne n’a créé un système d’exploitation fermé autour de la réalité virtuelle, c’est que cela nous a permis de développer notre propre expertise en termes de hardware. Il y a cinq ans, on n’avait pas d’ingénieurs ou de gens qui savent construire des robots dans nos studios. Désormais, il n’y a pas un projet de ce type avec lequel nous ne pourrions pas assurer. On peut construire des puces s’il le faut, on peut réaliser du design industriel et bien d’autres choses encore.”

 

Newell en a même profité pour comparer ces nouvelles méthodes de travail avec la politique d’une entreprise (plus ou moins) rivale, mais respectée : Nintendo.

“Quand Miyamoto s’assoit et imagine la nouvelle version de Zelda ou Mario, il imagine également à quoi va ressembler la manette, les graphismes, etc. Il introduit de nouvelles fonctionnalités comme la détection du mouvement, car il contrôle toutes ces choses. Et il peut faire du beau hardware, car il conçoit le design en même temps que le jeu. C’est quelque dont nous avons toujours été un peu jaloux, mais que nous allons tourner à notre avantage rapidement.”