Une enceinte Amazon a enregistré et envoyé à un contact la conversation d’un couple sans son accord

Sécurité

Par Anne Cagan le

Selon Amazon, une série d’erreurs d’interprétation est à l’origine du problème.

Faudra-t-il désormais surveiller ce que l’on dit dans son propre foyer ? Vu la mésaventure arrivée à ce couple de Portland, on peut se poser la question. Ces deux Américains ont en effet eu la désagréable surprise de voir une de leurs conversations enregistrée et envoyée à un de leurs contacts sans leur accord, par leur enceinte Amazon Echo. Heureusement pour eux, leur discussion ne portait pas sur un sujet sensible : ils parlaient de parquets.

Mais l’événement n’en est pas moins désagréable. D’autant qu’Amazon a mis un certain temps avant de fournir des explications sur la cause de l’incident. Comme l’explique TheNextWeb, le service client d’Amazon n’a, dans un premier temps, pas pu apporter d’éclairage. Finalement, un porte-parole du groupe a indiqué à The Verge que le problème était lié à une série d’erreurs d’interprétation.

Erreurs en chaîne

L’enceinte se serait d’abord réveillée, car elle aurait mal interprété un mot de la discussion ayant une sonorité proche du mot “Alexa”, la commande d’activation. Elle aurait ensuite cru à tort que la conversation devait être envoyée à un contact. Elle aurait alors demandé à haute voix “À qui ?”. Et aurait ensuite, de nouveau, mal interprété une partie de la conversation, croyant y reconnaître le nom d’un contact. “Alexa a alors demandé à voix haute, “[nom du contact], right (trad: c’est bien cela) ?”, indique le porte-parole d’Amazon, et elle a, à ce moment-là, interprété le fond sonore comme étant un “right” “.

Un enchaînement d’erreurs qui peut paraître improbable, mais comme le note The Verge, il arrive régulièrement que l’enceinte se déclenche par erreur lorsque des personnes discutent à proximité. “En ce qui me concerne, j’ai plusieurs fois vu Alexa se mettre à lancer inopinément des chansons, car elle pensait à tort que je le lui avais demandé”, précise l’auteur de l’article. La société Amazon veut, de son côté, étudier les moyens de réduire le risque que le scénario de Portland se reproduise.