Le magazine 60 millions de consommateurs se penche sur le cas de Wish et met en garde ses lecteurs

apps

Par Henri le

Si vous vous baladez sur le net de façon régulière, il y a fort à parier que vous avez déjà aperçu de la publicité pour cette application. Le magazine des consommateurs a décidé de serrer la vis sur cette dernière.

Télévision, réseaux sociaux, sites en tout genre, il est particulièrement difficile de passer à côté de l’énorme campagne marketing de l’application Wish, à grand renfort de stars du football. Cette place de marché affichant des tarifs ultras agressifs fait parler d’elle, et pas toujours de la meilleure des façons. Le très sérieux magazine 60 millions de consommateurs s’est penchés sur son fonctionnement, et a décidé de mettre en garde ses lecteurs à son sujet.

La publication s’attaque à trois points « discutables », qui entrent par ailleurs en conflit avec le code de la consommation. Le premier concerne les réductions abusives annoncées par le site. Le site affiche en effet des prix exorbitants ou anciens pour des produits afin de pouvoir annoncer un taux de réduction énorme.

Si les internautes sont bien souvent au courant que les prix barrés du net ne sont jamais vraiment les bons, le journaliste précise que « ces méthodes pourraient, devant un tribunal, être assimilées à des pratiques commerciales trompeuses (article L. 121-1 du code de la consommation).» Et cela même si le site s’en défend dans son onglet FAQ.

Le second point soulevé concerne le manque de clarté des offres, notamment en ce qui concerne leur photo de présentation. L’arnaque parait grossière, mais de nombreuses personnes se sont fait avoir.

Des photos présentent ainsi des consoles de jeux dernière génération vendues pour une poignée d’euros. En cliquant sur la bannière, on découvre que le site propose en réalité des autocollants pour personnaliser des manettes.

Des cas similaires, où des personnes reçoivent des coques de smartphone au lieu d’un téléphone, ont été rapportés. Ce genre d’entourloupes, à la limite de la pratique commerciale trompeuse, peuvent également tomber sous le coup de la loi. Mais le troisième argument nous semble être le plus inquiétant.

L’article évoque en effet des produits qui ne répondent pas aux normes européennes. On y apprend que Wish a par exemple vendu des bagues contenant un fort niveau de cadmium et de plomb, sans pour autant s’en inquiéter.

Ces métaux très toxiques peuvent s’accumuler dans les organismes vivants et provoquer des difficultés pulmonaires, rénale ou osseuse. Il faut donc y prêter une attention toute particulière, ce que n’a visiblement pas fait Wish, qui a continué à les vendre pendant un moment. Vous l’aurez compris, le magazine déconseille fortement l’utilisation de cette place de marché, et nous les comprenons amplement.