L’action Gamestop (Micromania) dégringole en bourse, et menace l’avenir de la firme

Business

Par Henri le

La célèbre enseigne américaine vit en ce moment des jours houleux. Le cours de son action a subi une chute importante, qui menace l’avenir du groupe.

Crédits : Wikimedia/ Oxiq

La célèbre enseigne américaine vit en ce moment des jours houleux. Le cours de son action a subi une chute importante, qui menace l’avenir du groupe.

Avec 7100 magasins dans 14 pays, Gamestop a beau être le plus grand réseau physique de distribution de jeux vidéo dans le monde, ses affaires vont mal. La firme, qui a racheté Micromania en 2008, a vu son action chuter de 30% le 29 janvier dernier. Une dégringolade due à l’annonce de sa dette abyssale, qui se situe désormais à 816 millions de dollars.

Des résultats qui s’expliquent pour plusieurs raisons. La principale étant la démocratisation de la dématérialisation des jeux, qui supprime l’intermédiaire entre le client et le fournisseur. Un phénomène qui ne cesse de grandir et menace à terme le marché physique tout entier. Ce dernier essaye pourtant d’appliquer des promotions souvent plus agressives que sur les magasins virtuels (du moins sur PS4 et Xbox One) mais la situation devrait finir par s’inverser.

La seconde est la concurrence féroce des grandes surfaces et des géants de la vente en ligne, qui commandent beaucoup d’unités et peuvent rogner plus facilement sur les tarifs. Le marché de l’occasion a beau se défendre, il ne suffit plus à lutter.

Pour sortir de la panade, la firme a cédé son réseau de magasins Spring Mobile (spécialisé dans la vente d’accessoires high-tech) pour la somme de 735 millions de dollars. Le groupe aimerait néanmoins se relancer sur son secteur de prédilection en se focalisant sur la vente de jeux et de figurines de collection.

Micromania s’en sort d’ailleurs plutôt bien en se diversifiant de cette façon depuis sa fusion avec Zing. Son chiffre d’affaires a d’ailleurs crû de 11,7% en 2017. La maison-mère pourrait donc s’inspirer du modèle français.