Une étude remet complètement en question la forme de l’univers

Science

Par Felix Gouty le

Dans le futur, voyager aux confins de l’univers reviendrait juste à en faire le tour. Des astrophysiciens européens l’affirment : notre univers n’est pas plat mais clos et donc sphérique.

L’univers ne serait pas plat mais sphérique. Des siècles et des siècles après la clôture d’une polémique autour de la forme de notre planète, des astrophysiciens de l’Agence spatiale européenne ouvrent un débat similaire sur celle de notre univers tout entier. Dans une récente étude parue dans la revue Nature Astronomy, les chercheurs se basent sur les nouvelles données du télescope astronomique Planck, appareil visant à observer l’univers dans ses moindres recoins et donc à explorer son passé. En effet, plus un astre est loin du point d’où il est observé dans l’univers, plus sa lumière met du temps à être captée. Entre temps, l’astre lui-même peut avoir changé du tout au tout. Autrement dit, voir loin dans l’univers équivaut à voir dans son passé. Jusqu’à aujourd’hui, la communauté scientifique partait du principe que l’univers était en constante expansion et, surtout, qu’il était plat comme une feuille de papier. Or, les nouvelles données du télescope Planck suggèrent qu’il est en réalité sphérique et donc qu’il est clos : aller – hypothétiquement – à l’extrémité de l’univers reviendrait à en faire le tour et se retrouver, finalement, au point de départ.

Les auteurs de l’étude arrivant à cette hypothèse estiment qu’elle pourrait ouvrir la voie à la formulation de nouveaux modèles physiques et cosmologiques. « La théorie selon laquelle l’univers serait plat pourrait masquer une crise cosmologique où des propriétés différentes de l’univers se contrediraient les unes les autres », affirment les astrophysiciens. D’après leur interprétation des données de Planck, l’hypothèse d’un univers clos serait 41 fois plus probable que celle, faisant jusque là consensus, d’un univers plat.

« Ce sont les données cosmologiques les plus précises dont nous disposons et elles induisent un schéma complètement différent. »

A déclaré Alessandro Melchiorri, professeur de physique à l’université Sapienza de Rome, en Italie, au New Scientist. Si ces données ne sont pas que de simples « fluctuations statistiques » après ré-examination, il se pourrait donc bien que la communauté scientifique s’accorde bientôt à penser notre univers et son évolution d’une toute autre manière.