Le BodyCompass mesure les mouvements du corps la nuit avec des signaux radio

Gadget

Par Olivier le

Surveiller son sommeil, c’est bien souvent devoir s’encombrer d’un accessoire à porter la nuit. Tout le monde n’est pas près à dormir avec une montre connectée ou un capteur sous les draps ! Une équipe du MIT a trouvé une solution.

Crédit : Dieter Robbins, Pixabay
Crédit : Dieter Robbins, Pixabay

La mesure du sommeil peut s’effectuer de multiples manières, par exemple en portant un bracelet connecté qui va relever la fréquence cardiaque et les mouvements. On peut également poser un smartphone sur la table de nuit qui va enregistrer les ronflements. Ou encore poser un capteur sous le drap pour consigner les mouvements nocturnes.

L’intelligence artificielle au secours du sommeil

Des chercheurs du MIT ont imaginé un appareil moins invasif. Il s’agit d’un boîtier qui s’installe sur le mur. Le BodyCompass émet des signaux radio qui rebondissent sur les objets présents dans la chambre. Il cherche plus précisément à détecter les mouvements du torse et du ventre grâce à l’apport de l’intelligence artificielle.

Les chercheurs du MIT ont entraîné un modèle de réseau neuronal en lui faisant ingurgiter les données recueillies auprès de 26 cobayes dormeurs. Ces 200 heures d’informations obtenues grâce à des capteurs installés sur ces parties du corps ont permis au modèle de prédire dans 94% des cas la posture correcte du corps endormi.

Crédit : MIT
Crédit : MIT

En exploitant cette intelligence artificielle, BodyCompass peut alors mesurer les mouvements de respiration de l’utilisateur quand il dort. Ces données sont ensuite analysées dans le nuage pour détecter l’apnée du sommeil, alerter les personnes souffrant d’épilepsie (leur position est susceptible de provoquer un épisode), ou encore plus impressionnant encore, de relever la progression de Parkinson (les malades ne peuvent plus se tourner dans leur lit).

Le boîtier peut se combiner à un lit connecté et d’autres appareils de mesure de la qualité du sommeil. Les constructeurs pourraient bien être intéressés par cette technologie : il n’est pas impossible qu’elle soit proposée dans le commerce un jour !

Source: MIT