Un glacier se fracture au Groenland sous l’effet du réchauffement climatique

Science

Par Felix Gouty le

Nombreuses sont les preuves du réchauffement climatique. Aujourd’hui, l’Observatoire géologique du Danemark et du Groenland en apporte une nouvelle : la perte de 113 km2 de glace en Arctique.

Crédits : Papafox / Pixabay.

Le réchauffement climatique n’entraîne pas seulement la fonte des glaces, mais aussi leur vêlage. Ce phénomène naturel et normal de fragmentation des glaciers et d’icebergs s’opère à une allure anormalement rapide et concerne des fragments glaciaires de plus en plus grands. En mai dernier, le plus large iceberg du monde, nommé A-68 et situé en Antarctique, avait perdu un morceau de 175 kilomètres carrés de superficie. Aujourd’hui, l’Observatoire géologique du Danemark et du Groenland (GEUS) atteste la fracture d’un des plus grands glaciers d’Arctique, d’après des images satellite recueillies au cours du mois d’août. Appelé Nioghalvfjerdsfjorden (ou 79-N, pour les intimes), celui-ci a perdu l’équivalent de 113 km² de glace, dérivant désormais au large dans l’océan Arctique. Depuis 1999, 79-N aurait déjà perdu 160 km² de glace et, sans compter la fracture qui devrait continuer d’en perdre.

Un témoin direct du réchauffement climatique

“Les températures mesurées en Arctique augmentent plus rapidement que la moyenne planétaire, souligne Niels J. Korsgaard, l’un des chercheurs du GEUS. La chaleur plus élevée de l’air et de l’océan favorise la fonte des couches de glace inférieures et supérieures du glacier, le rétrécissant et le rendant plus exposé aux fractures.” Selon les chercheurs du GEUS, la température moyenne dans la région groenlandaise aurait augmenté de 3°C en quarante ans et aurait déjà battu des records de pics de chaleur en 2019-2020. “Chaque été, de l’eau s’écoule depuis le centre du glacier jusqu’à ses extrémités, formant des rivières et des lacs à sa surface”, explique la glaciologue allemande, Jenny Turton. “Lorsque cette eau gèle à nouveau l’hiver, cela créé des pressions additionnelles sur l’extrémité flottante du glacier, ce qui peut entraîner des vêlages.”

“Cette désintégration progressive de l’iceberg le plus large d’Arctique est très préoccupante”, déclare le professeur Jason Box du GEUS dans un communiqué relayé par Le Figaro. Ces immenses morceaux de glace finissent eux aussi par fondre dans l’océan. Ils participent donc à la hausse du niveau des océans. Celle-ci aurait été de 1,1 centimètre entre 1992 et 2018 et devrait gagner entre 10 et 12 cm de plus d’ici 2100.

Ours Polaire Tableau Poster...
  • Poster Bâche : Poster en bâche souple qualité premium
  • Plaque PVC : Plaque souple pvc d'une épaisseur de 3 mm
  • Plaque Aluminium : Plaque rigide en aluminium-composite d'une épaisseur de 2 mm vous offrant...
  • Produit fabriqué en France